Homélies

10.11.2019 / 32e dimanche ordinaire (Confirmation)

« Eveiller en nos cœurs la faim et la soif de la Parole de Dieu » : Messe de confirmation pour le Secteur pastoral d’Aigle

En ce 32e dimanche du Temps Ordinaire de l’Année C, Mgr Jean-Marie Lovey et Mgr Jean Scarcella ont conféré le sacrement de la confirmation aux jeunes du Secteur pastoral d’Aigle-Bex-Ollon-Roche-Villars-Gryon-Leysin-Les Ormonts et de l’école catholique du Chablais à Aigle. L’évêque de Sion, dans son homélie, a exhorté les confirmands à s’attacher de plus en plus à la Parole de Dieu : « Ce matin, nous sommes comme au bord d’un puits, et avec vous, je voudrais éveiller dans nos cœurs la faim et la soif que la parole pourra rejoindre. »
Références des textes liturgiques : 2M7, 1-2 ; 9-14 / 2Thess 2,16-3-5 / Lc 20, 27-38.

Frères et sœurs, Chers amis, chers confirmands.

Dieu est généreux et lorsqu’il donne, il donne abondamment ; il donne même en surabondance. La liturgie de la Parole de ce jour en est un exemple flagrant. Nous avons entendu des textes magnifiquement riches au point qu’on ne peut pas tout retenir. Et comme le rappelait un écrivain ancien, de Syrie, la parole de Dieu est comme une source de laquelle tu t’approches pour désaltérer ta soif. Si, après avoir bu abondamment, la source n’est pas tarie, c’est ta chance, tu pourras y retourner. Mais si ta soif épuisait la source ce serait ton malheur. Chacun de nous peut donc tirer de la parole entendue ce qui nourrira son attente, son désir, sa vie. Ce matin, nous sommes comme au bord d’un puits, et avec vous, je voudrais éveiller dans nos cœurs la faim et la soif que la parole pourra rejoindre. La lettre aux Thessaloniciens nous en donne l’occasion. Ecoutons saint Paul qui demande de prier « afin que la parole du Seigneur poursuive sa course ». La parole de Dieu est répandue par le vent de l’Esprit. Elle se présente à la porte de nos cœurs et de deux choses, l’une : ou bien nous sommes habités par tant d’autres occupations que nous ne pouvons même pas l’entendre et nous la stoppons, ou bien nous l’accueillons en nous mettant à son écoute, en essayant de la laisser interroger nos vies et en la laissant grandir, comme grandit une semence. Dire que nous avons la possibilité de stopper la parole de Dieu, mais Dieu nous fait confiance en nous rendant capables d’être, au contraire, des relais dynamiques pour que sa parole poursuive sa course. Dans un bref instant de silence, chacun peut prier et dire à Dieu sa disponibilité à laisser Sa parole le traverser. {Silence…}
Ce petit exercice, chacun chez soi, vous pouvez le reprendre. En vous levant le matin, demandez au Seigneur : « Que ta parole, aujourd’hui, passe à travers ma vie pour l’inspirer et que mes paroles, mes gestes et mes comportements ainsi illuminés, éclairent la vie des autres. » Dieu vous fait confiance autant que saint Paul tout à l’heure aux Thessaloniciens, quand il leur dit : « nous avons confiance dans le Seigneur à votre sujet, car ce que nous vous prescrivons, vous le faites et vous continuerez à le faire. » (v.4). Cette confiance ce n’est pas des paroles en l’air. Cette confiance est fondée sur la conviction de la présence à vos côtés de Dieu lui-même. La Confirmation, c’est aussi cela. C’est Dieu qui confirme sa présence indéfectible à nos côtés. Dieu vous dit ce matin : « Je ne te laisserai pas tomber ; et en gage, je te donne aujourd’hui mon Esprit, l’Esprit qui vous rappellera tout. » Voilà où réside la fidélité du Seigneur, dans le fait qu’il nous donne sa Force, qui est un don de l’Esprit, pour nous rendre solide, ferme et pour nous protéger du Mal (cf. v.3).
Je ne peux pas formuler de meilleurs souhaits que celui que saint Paul nous adresse à tous : « Que le Seigneur conduise vos cœurs dans l’amour de Dieu. » (v.5) Chers amis confirmands, vous êtes encore jeunes et vous avez besoin de vous laisser éclairer et conduire. Mais qui de nous peut prétendre n’avoir pas besoin de se laisser éclairer et conduire ? Nous sommes tous encore de jeunes apprentis sur le chemin de la sainteté. Alors, en communauté chrétienne, confirmands, parrains, marraines, parents, grands-parents, jeunes enfants, tous, demandons que le Seigneur conduise nos cœurs dans l’amour de Dieu et, ajoute saint. Paul, vers la persévérance du Christ.
Cette persévérance est aussi une force que nous donne l’Esprit pour que nos bonnes intentions aillent au-delà d’un feu de paille. Dans notre monde de zapping où l’on passe si vite d’un sujet à l’autre, où l’on a du mal à prendre des décisions qui engagent sur un plus long terme, la persévérance apparaît comme une aide indispensable. De Jésus il nous est dit qu’il passait des nuits à prier son Père. Saurons-nous persévérer, malgré les contrariétés, les oppositions peut-être, les hostilités ? Ce terrible récit que nous avons entendu en première lecture ne se comprend que si on le relit sous le regard de ce qu’il veut défendre : c’est-à-dire la foi en la résurrection des morts. C’est cette foi qui donne à ces jeunes de persévérer. Plus fort que le mal et la souffrance il y a la force de l’Esprit de Dieu qui est en eux et c’est une promesse de vie. Jésus lui-même est passé par ce chemin. Maltraité ne proférait pas de menace. Comme un agneau conduit à l’abattoir, il n’ouvre pas la bouche devant le méchant. Et l’Esprit de Dieu, le souffle de son Père le ressuscitera des morts. Nous allons demander que l’Esprit Saint vous remplisse de sa présence et fasse de vous tous, dès maintenant, des garçons et des filles, des jeunes remplis de vie.
AMEN

Mgr Jean-Marie Lovey