Homélies

31.01.2021 / 4e dimanche ordinaire

Cliquez ici pour revoir cette messe retransmise en direct sur notre chaîne YouTube

Qu’est-ce que l’autorité ? Comment l’exercer ? Comment Jésus exerce-t-il l’autorité qui lui a été confiée par son Père ? Les passages des Ecritures que nous venons d’entendre nous en donnent une admirable réponse et nous aident dans ce ministère qui ne concerne pas seulement ceux qui ont autorité, mais qui concerne chacun d’entre nous.
D’abord l’autorité n’est pas seulement un pouvoir, une puissance que quelques-uns, ou même un seul, imposeraient à tous par l’évocation de son seul nom. Sans argument, sans avantage, au nom de sa seule autorité, celui qui s’en sert s’autorise alors à nous obliger sans possibilité de lui répondre. Mais les auditeurs de Jésus avant de se soumettre à son autorité sont frappés par son enseignement. En effet, il n’est pas comme les scribes, qui disent, qui imposent et ne font pas. Cependant, une autorité sans pouvoir serait une autorité bien impuissante. Nous pourrions avoir les meilleurs arguments, si nous n’avons pas un certain pouvoir notre autorité ne sert à rien.
Ensuite, l’autorité n’est pas seulement une connaissance, aussi large, aussi profonde et aussi haute soit-elle. Il ne suffit pas de connaître le futur comme les prophètes décrits dans la première lecture pour être agréé par Dieu et avoir autorité. Dans la pandémie que nous vivons, nous nous rendons bien compte qu’il ne suffit pas d’être expert pour avoir réponse à tout et résoudre tous les problèmes, mais qu’il faut aussi savoir trancher, décréter et décider afin de choisir, d’élire, avec autorité, ce qui est bon, non seulement pour quelques-uns, mais pour tous, c’est-à-dire afin de préserver le bien commun. Jésus, dans le Capharnaüm de nos vies, dans la confusion des opinions contraires, se rend à la synagogue, où tous sont réunis, il s’y rend afin d’y enseigner, et d’y enseigner avec autorité, à la différence des scribes et des pharisiens qui préfèrent nous charger de lourds commandements alors qu’eux ne lèvent même pas le petit doigt. D’ailleurs, dans l’exorcisme décrit dans l’Evangile de ce dimanche, les démons savent bien qui est Jésus, ils savent qu’il est le Saint, le Saint de Dieu, mais les démons comme les scribes et les pharisiens ne reconnaissent pas son autorité, c’est pourquoi Jésus les interpella vivement. « Silence ! Sors de cet homme ! »
Enfin l’autorité n’est pas seulement une séduction, un charme, une manipulation qui nous soumet à la volonté d’un autre, nous convainquant que ce qu’il nous demande est bien pour nous. Pourtant, nous pourrions connaître toutes les langues de la terre, savoir tout ce qu’il faut savoir pour argumenter, n’avoir aucune limite à notre pouvoir, s’il nous manque quelque attrait notre autorité ne vaut rien. Pour être ravi par une autorité, il ne faut donc pas seulement qu’elle nous oblige et nous convainc, mais il faut aussi qu’elle nous charme et nous fascine.
Jésus a cette autorité, celle de son Père d’abord, notre Dieu tout-puissant, celle de l’Esprit ensuite qui lui permet de manifester au monde combien ce que Dieu veut répond à notre faiblesse, enfin celle qui nous attire parce que le Christ est devenu tellement l’un d’entre nous que nous pouvons devenir semblables à lui.
Mais Jésus va plus loin, beaucoup plus loin. Même si, Jésus sait que l’autorité est constituée de pouvoir, de connaissance et de séduction, il nous montre un chemin bien différent.
D’abord, si l’autorité est un pouvoir, Jésus « ayant la condition de Dieu n’a pas retenu jalousement le rang qui l’égalait à Dieu, mais il s’est anéanti prenant la condition de serviteur », d’esclave. A la toute-puissance, le Christ préfère devenir l’un d’entre nous. Ensuite, si l’autorité est une connaissance, Jésus n’a pas craint d’aller jusqu’au bout de sa mission, jusqu’à la croix, scandale pour les Juifs, folie pour les Grecs. Enfin, si l’autorité veut séduire, Jésus n’hésite pas à rejoindre toute l’humanité, à rejoindre l’humanité dans sa grandeur comme dans son abjection.
Voilà comment Jésus exerce l’autorité qu’il a reçue de son Père. Voilà comment nous devons à notre tour l’exercer. Soumettons-nous à cette autorité, elle n’est pas là pour nous écraser, pour nous étourdir, pour nous manipuler. Elle est là pour nous faire grandir, pour que nous nous élevions, pour que croisse notre dignité afin de participer réellement à la vie même de Dieu qu’il veut nous partager.

Alexandre Ineichen
Best reviews of best online casinos australia for Australian players, bonuses and special offers from online casinos. Read rewiews of play slots online for players from Canada and play! Looking for best online pokies new zealand to play? Visit our site.