Homélies

02.01.2021 / Voeux à la communauté

Saint Jean veut nous ramener ce matin à un commencement. Mais combien de commencements y a-t-il dans nos vies ? Ainsi que le temps se façonne d’instants en instants, notre vie est comme balisée par des commencements. Cependant tous ces commencements n’auront un sens et un poids que s’ils s’originent dans le commencement premier auquel saint Jean fait allusion : « Que demeure en vous ce que vous avez entendu depuis le commencement ». Et l’inhabitation de ce commencement, dit encore l’apôtre, nous permet de demeurer dans le Fils et dans le Père, et obtenir la promesse de la vie éternelle.
Et ce commencement dont parle saint Jean se réfère à ce que nous avons entendu, donc à une parole. Certainement fait-il allusion ici à la naissance du Christ, le commencement de la nouvelle Alliance, évoqué dans l’éclosion à la vie de la Parole faite chair.
Oui, frères et sœurs, recevoir Jésus, Fils de Dieu et Verbe fait chair, nous incorpore à sa propre nature divine : « Dieu s’est fait homme, pour que l’homme se fasse Dieu », a dit saint Irénée au IIe siècle. Noël est pour nous, chrétiens, le commencement du pèlerinage de salut auquel le Messie nous convie. La Parole reçue est celle même de Dieu, destinée à nous conduire sur cette route de la Vie.
Ce commencement initial, pour ce qui est de la nouvelle Alliance, a été précédé pendant des milliers d’années de commencements primordiaux, tous accompagnés d’une parole, que je qualifierai déjà de parole de salut. Ainsi au commencement du monde Dieu créa la lumière par sa Parole ; cette lumière même qui se lève à Noël pour sortir l’humanité de sa ténèbre. Au commencement de l’appel d’Abraham, Dieu lui promit une descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et les grains de sable au bord de la mer ; cette descendance dont provient Jésus, et qui met l’humanité dans la filiation avec Dieu le Père. Au commencement de l’apaisement des flots après le déluge, Dieu plaça au-dessus de l’arche de Noé son Arc-en-ciel, le commentant comme signe de l’Alliance à venir.
Ainsi, frères et sœurs, on voit que chaque commencement s’accompagne d’une parole et d’un signe. Étrangement, n’y aurait-il pas là une convergence avec les sacrements que le Christ institua ? Et à quelle fin ? – Afin que l’Alliance de tout commencement nous permette de demeurer dans le Fils et dans le Père pour que l’œuvre de création et de rédemption se réalise totalement.
Voilà pourquoi saint Jean parle ensuite de l’onction que nous avons reçue et qui est signe de cette inhabitation dont nous parlions. Cette onction, qui est vérité, nous « enseigne toutes choses », elle est celle de notre Baptême qui nous incorpore à la vérité du Christ, celle de notre Confirmation qui nous ouvre à la sagesse de l’Esprit, et celle de notre Ordination sacerdotale qui nous configure au Christ Prêtre.
Les sacrements, disions-nous, s’appuient sur un commencement, une parole et un signe. En ce jour où nous commençons une nouvelle année, quelle parole choisissons-nous pour elle, quel signe, en tant que prêtres de Jésus Christ, souhaitons-nous développer ?
Je le dis d’emblée, ne cherchons pas, ici sur le moment ce que l’on pourrait faire et comment ; ce ne serait qu’un emplâtre sur une jambe de bois. Ne partons pas de ce commencement qui appartient au temps et qui n’a pas de fondement. Partons d’un commencement plus fondamental, celui du sacrement qui nous a faits prêtres selon l’ordre de Melchisédech, qui a oint nos mains ainsi apprêtées à servir de réceptacle à la transsubstantiation du pain et du vin en Corps et Sang de Jésus Christ ; un commencement qui prend corps dans notre « Me voici » initial.
Oui, chers frères dans le sacerdoce, avant de faire, il faut être. Et ce que nous sommes, et que nous sommes toujours, c’est parce que nous avons décidé de le rester, tant notre fidélité est une réponse d’amour au don que Dieu nous a faits en nous choisissant comme prêtres.
C’est dans le commencement de la Parole faite chair que s’inscrit le commencement de notre vie sacerdotale. Par notre ‘oui’ nous adhérons à l’œuvre de l’Alliance nouvelle du Père en Jésus Christ, et nous nous laissons enseigner par lui.
C’est donc, chers confrères, du commencement de notre ordination qu’il faut partir pour ouvrir une année nouvelle, et non pas du stade où nous pourrions croire être arrivés. Vous le savez très bien, la sequella Christi n’est pas un parcours de carriérisme, car on n’aura jamais atteint un quelconque but marquant. Le seul but vers lequel nous tendons est l’avènement du Règne de Dieu, et c’est là, et sur le chemin qui y conduit, que nous devons accompagner et mener nos frères et sœurs, les hommes et les femmes que Dieu confie à notre sacerdoce.
Ainsi, si toutes nos actions sacerdotales, pastorales, contemplatives restent accrochées à ce commencement primordial, elles seront nécessairement imprégnées du désir et du commandement de Dieu, et ne resteront pas à la surface de nos habitudes et de nos manières de faire. Ces dernières se rapprochent trop, au fil des ans, de notre seule humanité pétrie de routine, alors qu’elles doivent émaner de la toujours nouvelle Parole de Dieu.
Rappelons-nous alors de ce commencement initial de la venue du Verbe en notre chair, dans lequel s’inscrit le commencement primordial de notre ordination ; c’est de là que tout part, notre prière, notre oraison, notre adoration, notre action pastorale et missionnaire. Voilà ce qui nourrira notre ministère sacerdotal au service du Christ et de son Église, et qui nous mettra en forme d’Alliance avec le Père qui nous a choisis.

Mgr Jean Scarcella
Best reviews of best online casinos australia for Australian players, bonuses and special offers from online casinos. Read rewiews of play slots online for players from Canada and play! Looking for best online pokies new zealand to play? Visit our site.