Homélies

08.12.2020 / Immaculée Conception de la Vierge Marie

Ecoutez cette messe retransmise en direct sur notre chaîne YouTube
Malheureusement un problème technique nous prive de l'image, mais le son y est.

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ. »
Cette grande bénédiction de la Lettre de saint Paul aux Éphésiens, lue à l’instant, ouvre, frères et sœurs, les horizons de la trilogie qui définit notre foi : Dieu le Père, avec le Peuple qu’il se constitue à partir de son Fils, né de la Vierge Marie. En effet, l’histoire des hommes, se rassemblant laborieusement en peuple de Dieu, n’est pas une progression vers Jésus-Christ – on pense trop souvent ainsi –, mais plutôt découle de lui. Une histoire toute tendue vers la plénitude du Jour où « les temps seront accomplis ». Alors là, le Christ sera, en effet, le sommet, le centre, le souverain… tout ce qu’on peut dire pour évoquer son universelle royauté.
Cependant, avant d’être ce sommet vers lequel tend la création, passant par les douleurs de l’enfantement et au travers de l’espérance d’être transfigurée, avant tout cela il y a le Christ qui est premier ; il est la source de tout ce que nous sommes et de tout ce que nous serons. C’est à partir du Fils que le Père a souhaité un peuple constitué d’hommes « christiques », c’est-à-dire faits en forme de Christ, et appelés à ressembler toujours plus, malgré leur misère, au modèle absolument parfait et unique : Jésus. Il s’agit donc ici de la manifestation du Corps du Christ, que Paul exprime dans son prologue aux Éphésiens entre autres avec ces mots décisifs : « dans le Christ », « par Jésus, le Christ », « dans le Fils bien-aimé » ; autant d’expressions voulant nous associer à celui qui nous appelle à l’imiter.
Nous sommes donc conduits à méditer le mystère de cette source, frères et sœurs, et à contempler le Christ d’où tout est né, par lequel tout se réalise et vers lequel tout tend : cet extraordinaire itinéraire qui nous constitue Peuple de Dieu et qui conduit à notre salut éternel. Jésus est donc notre commencement, notre présence et notre terme. Et ce Jésus a pris chair de la Vierge Marie et, par elle, est venu au monde.
Oui, celle qui nous accompagne sur les chemins de la ressemblance, c’est Marie. Marie née immaculée, c’est-à-dire pleine de grâce, exempte de toute trace de péché. Le Dogme de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie, promulgué le 8 décembre 1854 par le pape Pie IX, dit bien que Marie a été préservée en vertu d’un privilège particulier ; cela veut dire que la descendance d’Adam n’est ni pure, ni sainte dans son origine, et donc que l’humanité est pécheresse et a nécessairement besoin d’un Sauveur. C’est pourquoi Marie fut préservée du péché originel par l’œuvre du Rédempteur de l’humanité en proie au mal.
Marie est ainsi devenue visage féminin de la Beauté divine. Beauté de Marie dans son existence quotidienne à Nazareth, beauté de Marie en profonde communion avec le regard d’amour du Père : « Tota pulchra es, o Maria », chante un cantique du XIVe siècle : oui, tu es toute belle, ô Marie, toute belle parce que tu réalises en ton corps la beauté de Dieu, donnant vie à son propre Fils. Bernanos le dit par ailleurs dans son « Journal d’un curé de campagne », lui qui voyait en Marie « Une source si limpide et si pure qu’elle ne pouvait même pas y voir refléter sa propre image, faite pour la seule joie du Père ».
La beauté originelle de Marie ne doit donc jamais être dissociée de sa beauté de Mère universelle, selon sainte Élisabeth de la Trinité ; cette vocation, Marie l’a reçue de Jésus lui-même qui, dans un geste ultime donne sa mère à Jean comme Mère du genre humain.
Ainsi, frères et sœurs, sachons voir la beauté de Marie entièrement mise au service de son OUI sans réserve, ce ‘oui’ qui est une réponse au ‘oui’ que Dieu a voulu dire en elle et par elle à l’humanité. Ce ‘oui’ va porter le nom de Jésus, ce ‘oui’ résonne au plus intime de la Trinité, ce ‘oui’ d’une beauté ineffable est le lieu, frères et sœurs, où tous les ‘oui’ de l’Église se retrouvent. Dans le ‘oui’ de Marie s’origine le ‘oui’ de Jésus acceptant de donner sa vie pour que le monde vive. Le ‘oui’ de Marie est le ‘oui’ à la vie. En acceptant d’être la Mère du Sauveur, en lui et par lui qui nous l’a donnée pour mère, elle nous enfante à la vie éternelle.
Sur notre chemin vers le Royaume nous avons « Tout à apprendre du Christ », comme l’a encore écrit sainte Élisabeth de la Trinité et, pour cela, elle nous enjoint à nous tourner vers Marie, « miroir du Soleil de justice ».

Mgr Jean Scarcella
Best reviews of best online casinos australia for Australian players, bonuses and special offers from online casinos. Read rewiews of play slots online for players from Canada and play! Looking for best online pokies new zealand to play? Visit our site.