Homélies

24.06.2020 / Nativité de saint Jean Baptiste

Lectures: Is 49, 1-6 / Ps 138 / Ac 13, 22-26 / Lc 1, 57-66.80

Mes sœurs, mes frères,
Si la Noël d’hiver se tapit sous le manteau de la nature qui fait silence, la Noël d’été éclate au soleil du solstice ! L’incarnation de Jésus, Fils de Dieu se fait dans l’intimité d’une famille, et la joie est alors tout intérieure ; en revanche la naissance de Jean – qu’on appellera le Baptiste – se fait au grand jour avec tous « les gens du voisinage », et la joie est alors exubérante.
Jean naît de sa mère Élisabeth, qui était stérile, 6 mois avant Jésus ; car il devait préparer les chemins du Seigneur. Le prophète Isaïe le dit bien : « J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom » : ”Jean”, ce qui veut dire, de l’hébreu Yohanan : « Dieu fait grâce ». En effet cet enfant ne s’appellera pas du nom de son père Zacharie, comme le voulait la tradition, mais Jean, ainsi que le Seigneur l’avait annoncé à sa mère. Et ce qui est beau et qui montre que l’on quitte la sphère humaine qui eût voulu que cet enfant s’appelât Zacharie, c’est que nous entrons ici dans la sphère spirituelle et divine quand le père lui-même confirme le choix de ce prénom. Et l’on disait alors : « Que sera donc cet enfant ? ».
On comprend très bien, frères et sœurs, qu’à ce stade de la vie de Jean, nous avons déjà quitté le quotidien du monde pour nous ancrer dans l’éternité de l’alliance. Jean est le prophète qui préparera les chemins du Seigneur, qui annoncera sa venue et qui prêchera la conversion à cette fin. Cet enfant a une mission bien déterminée et la prophétie d’Isaïe est claire en cela : pour le Seigneur, Jean sera son serviteur pour lui ramener Jacob et lui rassembler Israël. Et encore cette phrase merveilleuse qui donne un portrait de Jean : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre ».
Mais en fait, qui a ramené Jacob et rassemblé Israël, qui a envoyé baptiser jusqu’aux extrémités du monde ? C’est Jésus, ce Jésus devant qui, le jour venu, Jean le Baptiste s’est effacé, alors qu’il pratiquait le baptême de conversion pour préparer le peuple à accueillir le Messie : « Ce que vous pensez que je suis, je ne le suis pas. Mais le voici qui vient après moi, et je ne suis pas digne de retirer les sandales de ses pieds ». « Voici l’Agneau de Dieu […] Il faut qu’il grandisse et que je diminue ».
À la fois fort et déterminé, et à la fois humble et aimant, Jean Baptiste a tourné la page de l’Ancien Testament pour préparer le peuple de Dieu à entrer dans la nouvelle alliance. Il est non seulement charnière entre les deux Testaments : il est l’artisan de cette nouvelle ère ouverte pour Jésus.
Quelle belle figure que celle de Jean le Baptiste, frères et sœurs, celle du serviteur brut, déterminé, confiant à l’extrême et sûr de lui, mais surtout du Seigneur. Il ne convertit pas ses contemporains avec des paroles à l’eau de rose, mais avec la parole de vérité qui ne manqua pas de s’affronter aux vices et aux péchés d’alors. Qui dit la vérité n’a pas peur des mots qu’il emploie, car ils viennent de Dieu : « Convertissez-vous » à la Parole du salut. Soyez prêts à l’entendre quand elle se présentera devant vous, sous-entendu dans la personne de Jésus : « Vous, frères, les fils de la lignée d’Abraham et ceux parmi vous qui craignent Dieu, c’est à nous que la parole de salut a été envoyée », disait encore Jean le Baptiste.
Ce ”c’est à nous”, frères et sœurs, ne nous serait-il pas également adressé ? Je pense bien que oui, parce que nous aussi, en notre XXIe siècle, sommes héritiers de la Parole de Dieu. Et par le fait même nous sommes appelés à être des Jean Baptiste, chacun à notre tour, pour préparer les chemins à cette Parole ; Jean Baptiste annonçait Jésus, nous, c’est la Parole que nous devons annoncer.
Ainsi, frères et sœurs, n’ayons pas peur ; ne restons pas figés sur la nuit de Noël qui attend que Jésus apporte la Bonne Nouvelle, mais au contraire engageons-nous au soleil de l’été qui se nourrit de la joie de l’évangélisation.
Soyons humbles pour toujours laisser la première place à la Parole, mais soyons courageux pour la porter en avant de nos vies, soyons forts pour en nourrir notre foi, soyons opiniâtres pour n’en rien abandonner. L’agneau de Dieu est là, présent aux carrefours de toutes les vies ; nous ne pouvons le laisser dans l’opacité de l’ignorance ou du péché, voire même caché par notre propre ombre… mais faisons-nous petits serviteurs pour qu’il grandisse aux yeux des hommes et au cœur du monde.
Le message de Jean veut délivrer le monde captif de la mort et du péché, un monde qui perd espoir. Sa vocation, qui est la nôtre aujourd’hui, c’est d’annoncer que l’amour sera toujours le plus fort, car « Dieu fait grâce ».

Mgr Jean Scarcella
Best reviews of best online casinos australia for Australian players, bonuses and special offers from online casinos. Read rewiews of play slots online for players from Canada and play! Looking for best online pokies new zealand to play? Visit our site.