Homélies

17.05.2020 / 6e dimanche de Pâques

Voyez la vidéo de la messe


Messe du 6e dimanche de Pâques

Chers frères et sœurs,

Nous nous préparons déjà à la Pentecôte avec un premier enseignement sur l’Esprit Saint que nous donnent les Saintes Ecritures aujourd’hui. Dans la première lecture, nous avons entendu comment Philippe, l’un des sept diacres de la première église apostolique, a été envoyé évangéliser les Samaritains et comment ceux-ci se sont convertis. Dans cette conversion des Samaritains, on voit se dessiner comme un chemin. Rappelez-vous ce qui nous était dit au livre des Actes des Apôtres (8, 5-8 ; 14-17). On y distingue quatre étapes : Les signes extérieurs (guérisons), l’écoute de la parole, le baptême et le don de l’Esprit Saint. Ces quatre étapes forment comme un modèle du chemin de conversion pour chacun d’entre nous : signes dans notre vie – réception de la Parole comme parole de vie – baptême ou conversion – effusion de l’Esprit. Du signe à l’Esprit-Saint, c’est un chemin de l’extérieur vers l’intérieur. Le signe est donné à l’extérieur – l’écoute de la parole, qui vient de l’extérieur, nous ramène à l’intérieur, le baptême/conversion nous régénère de l’intérieur – et l’Esprit Saint est un don dont on vit au plus profond de soi-même, dans l’intimité, dans le secret de l’âme. J’en veux pour preuve ce que nous dit Jésus dans l’Evangile selon saint Jean que nous venons d’entendre (Jn 14, 15-21). Il nous est dit que nous recevrons l’Esprit de vérité, lui que le monde ne peut recevoir, car il ne le voit pas et ne le connaît pas. L’inhabitation de l’Esprit Saint en nous, c’est quelque chose qui est invisible et inconnaissable, si on le cherche seulement dans le visible. Nous sommes donc passés du visible à l’invisible, de l’extériorité à l’intériorité, et cette inhabitation de l’Esprit Saint dans le cœur de chaque croyant, c’est l’inhabitation de Dieu tout entier, Jésus le dit clairement : Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous. En ce jour-là vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous. C’est Dieu tout entier, Père, Fils et Saint Esprit, qui habit au plus intime de nous-même par le don de l’Esprit Saint.

Et voilà, on pourrait en rester là. On a l’impression que tout nous a été donné : nous avons reçu Dieu lui-même. Et bien, mes frères, mes sœurs, si l’on en croit la deuxième lecture de ce jour, tirés de la première lettre de saint Pierre, on ne peut pas en rester là. Saint Pierre disait tout à l’heure : Soyez toujours prêts, à tout moment, à présenter une défense devant quiconque vous demande de rendre raison de l’espérance qui est en vous (1P 3, 15). L’espérance qui est en nous, cela vient justement de l’Esprit Saint. Nous ne pouvons pas la garder pour nous. Nous devons être prêts à tout moment « à présenter une défense ». En grec, c’est le mot apologein, faire l’apologie. Faire l’apologie de l’espérance qui est en nous, qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire qu’après le chemin de l’extérieur à l’intérieur, nous devons ressortir vers l’extérieur : témoigner de ce que nous vivons à l’intérieur, de cette espérance qui est en nous. Mais pour témoigner devant les autres, il faut être capable de dire ce que nous vivons, de l’exprimer par des mots, de répondre aux questions, etc. Pour cela, il nous faut avoir des mots. C’est la raison pour laquelle le Chrétien devrait toujours essayer de se former, à travers l’Ecriture et son interprétation, grâce aux enseignements donnés par l’Eglise et à toutes les possibilités que nous avons dans nos paroisses et nos églises locales, afin de mieux pouvoir expliquer, témoigner, de ce qui est vécu au plus profond du cœur. Le témoignage fait partie du chemin : ce chemin va de l’extérieur à l’intérieur ET de l’intérieur à l’extérieur. Ce double mouvement est présent dans toute vie chrétienne.

Le mot « faire l’apologie », défendre l’espérance qui est en nous, pourrait paraître un peu violent. On connaît tous ces discours enflammés destinés à convaincre « ceux qui sont dans l’erreur ». C’est pourquoi saint Pierre ajoute un élément très important, afin de corriger le côté prosélyte et combatif que pourrait avoir notre témoignage. Il nous dit au verset 16 : Mais faites-le avec douceur et respect. Lorsque je témoigne de ma foi, lorsque j’essaye de l’exprimer, même lorsque j’essaye de la défendre, je ne dois pas le faire comme un va-t-en-guerre. Je dois le faire avec douceur et avec respect : le respect de l’autre, de son chemin à lui, de là où il en est. Etre capable de rendre témoignage de ce que nous vivons, et de le faire dans l’infini respect de l’autre, qui implique une extrême douceur, c’est cela que l’Esprit nous enseigne à faire. Apprenons donc à la foi à dire et à respecter, infiniment, tous ceux que nous rencontrons, tous ceux à qui nous nous adressons.

Roland Jaquenoud
Best reviews of best online casinos australia for Australian players, bonuses and special offers from online casinos. Read rewiews of play slots online for players from Canada and play! Looking for best online pokies new zealand to play? Visit our site.