Homélies

06.05.2018 / 6e dimanche de Pâques

Frères et Sœurs,
Alors même que toute la Bible nous révèle une lente pédagogie de Dieu envers son peuple, alors même que cette histoire est avant tout une libération de tout ce qui nous entrave dans notre chemin vers le Seigneur, que nous sommes appelés à nous défaire de nos chaînes, nous recevons dans les lectures de ce jour, les paroles essentielles du Christ à ses disciples qui se rassemblent autour de deux mots : Amour et Joie.

Il a dit lui-même qu’Il n’est pas venu abolir mais accomplir les commandements transmis à Moïse lors de l’Exode ; mais ces commandements mêmes prennent leur source dans l’amour jaloux que Dieu nourrit pour son peuple.

La première lettre de Jean est écrite dans un contexte particulier, à la fin du premier siècle : la jeune Communauté Chrétienne est en crise et beaucoup de discussions théologiques la déchirent, raison pour laquelle l’apôtre recentre le débat : « Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le Monde pour que nous vivions par lui. »

Ne chantons-nous pas : Ubi Caritas et amor, Deus ibi est – « Là où est l’amour, Dieu est présent », et dans le récit de la dernière Cène, nous saisissons de manière éclatante le jusqu’au bout de cet amour de Dieu au moment du lavement des pieds : « Jésus sachant que son heure était venue, lui qui avait aimé les siens, les aima jusqu’au bout » (Jn 13).

Ainsi Dieu révèle son vrai visage dans les gestes de son Fils. Le peuple d’Israël ne brille pas toujours par sa fidélité, non plus que nous-mêmes ; nous sommes partagés entre des désirs contradictoires, où notre propre personne fait parfois écran entre Dieu et nous, et pourtant Dieu ne cherche pas à « régler ses comptes » avec nous, il ne cherche pas à punir, Sa réponse ultime est l’amour et Il nous demande de Lui ressembler en nous aimant les uns les autres. Si nous n’en sommes pas pleinement convaincus, faisons alors une addition : Dans l’extrait de la Première Lettre de Jean de ce jour, nous avons dix fois les mots Amour et Aimer. Dans l’Evangile que nous venons de lire, dix fois amour et aimer et deux fois amis.

Finalement la Croix ne résonne-t-elle pas comme un immense cri d’Amour d’un Dieu sans cesse en quête de l’homme ? Cet amour dans notre Evangile est lié à un autre terme : la joie. « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite ».

C’est parfois à cause de ce terme (amour) que l’on fait le reproche à la religion chrétienne, d’être un peu mièvre. Mais pourtant, si nous cherchons à le vivre à la suite de notre Seigneur, nous voyons bien que l’aboutissement de tout amour suppose aussi de porter avec lui sa croix et de passer par la mort, mort à nous-mêmes aussi, pour renaître à la lumière de Pâques et ainsi porter le beau nom de chrétiens.

Chrétiens amis de Dieu, appelés à le suivre, mais aussi à partager la joie de la victoire parce que Dieu nous libère : « La Terre entière a vu la victoire de notre Dieu » (Ps 97).

Les paroles du Christ, dans I’évangile de ce jour, accompagneront ses disciples dans l’évangélisation des peuples, dont la lecture des Actes des Apôtres nous fait les témoins. Ici, c’est l’Esprit Saint qui dirige les opérations et c’est Pierre qui devient dans ce récit l’apôtre des nations. L’histoire commence après le songe que fit Pierre d’une nappe descendant du ciel où on l’exhorta à manger des animaux impurs. Et pendant ce temps, l’Esprit inspira au centurion Corneille, homme bon et sympathisant, de faire venir Simon-Pierre. Corneille est un païen, un officier romain, il représente l’occupant haï du peuple juif ; un bon juif ne saurait en aucun cas l’approcher, ni lui parler, au risque de se souiller. Et pourtant l’Esprit Saint les a guidés l’un vers l’autre et le miracle de la Pentecôte se reproduit chez les païens : Eux aussi sont l’objet de l’attention amoureuse de notre Dieu.

Frères et Sœurs, nous voyons bien, au travers de ces lectures, l’enjeu essentiel : recevoir cet amour que Dieu nous dispense à profusion, mais aussi, à l’instar des apôtres, nous sentir responsables de la diffusion de la Bonne Nouvelle.

En ce dimanche des médias, nous nous rendons bien compte que nous n’avons pas tous la grâce d’annoncer par le discours ou l’écriture. C’est aussi pourquoi nous devons avoir à cœur de bien accueillir et de soutenir les médias chargés de l’annonce de l’Evangile en particulier, mais aussi de nous soucier de la vérité dans l’information en général.

« La vérité nous rendra libres ». Essayons de nous libérer de nos colères et de nos sentiments de rejets et de nous tourner vers tout ce qui nous ramène à la vérité de l’Amour. Amen !

Antoine Salina
Best reviews of best online casinos australia for Australian players, bonuses and special offers from online casinos. Read rewiews of play slots online for players from Canada and play! Looking for best online pokies new zealand to play? Visit our site.