Demain, c'est dimanche

17.09.2017 / De la haine rancunière à la joie du pardon

L’Évangile de ce dimanche m’a remis en mémoire cette déclaration prononcée devant la presse du monde entier par l’entraîneur de l’équipe de France de football en 1998. Dans une formule sèche et sans appel, il déclara : « Je ne leur pardonnerai jamais !». Il visait précisément des journalistes qui n’avaient cessé de le tourner en ridicule dans leurs articles, de saper son travail pourtant minutieux et sérieux, de semer le doute dans les esprits quant à sa compétence, de faire naître des rumeurs aussi farfelues qu’infondées qui l’éclaboussaient, lui et sa famille. Cela fait réfléchir quant à la puissance des médias et de leur pouvoir impitoyable. Ces journalistes, sans trop savoir pourquoi, peut-être par antipathie naturelle, avaient donc décidé de mettre en pratique l’adage redoutable qui dit que « quand on veut tuer son chat, on dit qu’il a la rage ».

Je pense aussi que cet entraîneur célèbre a voulu faire réfléchir l’opinion publique sur la notion de justice. Voilà que le commun des mortels commet une infraction et aussitôt il est condamné à une amende sévère voire la prison. Tandis que des gens sans scrupule qui transforment leur plume en une mitraillette dévastatrice qui tue les bonnes réputations, qui salit une famille, qui cause des souffrances morales qui peuvent laisser des séquelles irréversibles, ces gens peuvent continuer impunément leur travail sans autre sanction que la réprobation de l’opinion publique. Pardon d’accord, mais justice d’abord.

Pourtant, il est dit dans l’Évangile de ce jour que la justice s’appliquera à celui qui refuse de pardonner. Jésus demande donc à Pierre et à tous ceux qui croiront en lui de prendre résolument, à temps et à contretemps, contre vents et marées, le chemin du pardon et de la réconciliation. C’est peut-être le grand enseignement de ce passage de l’Évangile : « Si tu veux la paix intérieure, ne te laisse pas envahir par la haine rancunière. Laisse-toi inonder par la joie incomparable du pardon. Ta vie en sera transformée et tu pourras être vraiment disciple de celui qui a pardonné jusqu’à son dernier souffle sur la croix de l’injustice ».

Chanoine Calixte Dubosson