Demain, c'est dimanche

25.06.2017 / Peur et crainte

Que de fois, Jésus nous adresse cette invitation : « Ne craignez pas ! »
Ne craignez pas ! Cet appel cher au Pape Jean-Paul II, il le traduisait par : « N’ayez pas peur ».
Jésus précise les trois domaines dans lesquels nous n'avons pas à craindre. Tout d'abord : la proclamation de la vérité, car elle finit toujours par triompher.
Ensuite l'hostilité du monde, car le monde passe, mais la vraie vie c’est la vie éternelle. Et enfin : le témoignage en face des hommes, car le soutien de Dieu est assuré à quiconque se donne à lui.

Sachant combien, souvent, la peur peut nous poursuivre ou nous paralyser, il importe de bien entendre ce que nous dit Jésus. Ces paroles prononcées devant ses disciples, restent vivantes pour nous, aujourd'hui !
« Ne craignez pas les hommes !
Tout ce qui est voilé sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu ».

La première peur contre laquelle le Seigneur nous met en garde concerne la proclamation de la Parole de Dieu. Nous sommes le peuple de la parole incarnée. Or, on sait ce qu'il en a coûté à Jésus le Verbe fait chair de proclamer jusqu'au bout cette brûlante vérité. Plongés dans le Christ, depuis notre baptême, nous sommes porteurs de cette parole de Vie : Jésus vrai Dieu et vrai Homme.
Certes, le peu de retentissement que semble avoir sur la terre cette Parole de Vie, on pourrait être tenté de la juger inefficace et fragile.
Et pourtant, cette Parole demeure toujours vivante, agissante, actuelle, elle est porteuse d’une valeur de vie éternelle.
« Ne craignez donc pas !
Si vous demeurez dans ma parole, vous connaîtrez alors la vérité, et la vérité vous rendra libres ».

Après cette invitation à proclamer la Vérité, Jésus nous dit aussi :
« Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l'âme ».
Cet appel est très fort et même il nous dépasse en raison de son exigence… Et pourtant, le chrétien n’a pas à craindre les adversités même si elles le conduisent au martyre… « Car la mort avec Dieu et en Dieu n'est qu'une entrée dans la Vie », nous disait si bien Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.
Celui que nous avons à craindre, c’est l'Adversaire de nos âmes ; le Tentateur, ennemi du Bonheur et du Bien et qui voudrait nous entraîner jusqu'au refus de la vie en Dieu.

Chanoine Jean-Paul Amoos