Demain, c'est dimanche

25.05.2017 / Fête de l'Ascension: Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils (Jn 17,1)

La fête de l’Ascension est celle de la montée de Jésus dans la gloire du Père. Selon les Actes des Apôtres, cela se passa quarante jours après Pâques. Devant les yeux de ses Apôtres réunis au Mont des Oliviers, Jésus « s’éleva, et une nuée vient le soustraire à leurs yeux » (Ac. 1, 9). Jésus monte vers son Père, qui est devenu par lui notre Père. En tant que Dieu, il était venu du Père lorsqu’il a pris chair de la Vierge Marie. Il y retourne avec notre nature humaine, qui reçoit en lui une gloire incomparable. En lui, nous recevons notre place auprès de Dieu, nous participons à la communion d’amour qui est celle du Fils avec son Père. Il l’avait bien dit à ses disciples, c’est-à-dire à chacun de nous : « Je vais vous préparer une place » (Jn 14, 2).

Nous voici donc invités à participer à la gloire du Fils. Mais de quoi s’agit-il, au juste ? D’un trône bien établi quelque part dans le Royaume des Cieux ? Dans l’Evangile, Jésus a bien dit à ses apôtres : « Lors du renouvellement du monde, lorsque le Fils de l’homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m’avez suivi, vous siégerez vous aussi sur douze trônes pour juger les douze tribus d’Israël » (Mt 19, 28). Mais s’agit-il là vraiment de puissance ? Ne convient-il pas de comprendre le mot « gloire » un peu autrement ?

L’évangile de dimanche prochain, dont les premiers mots sont cités en titre, nous rappelle que la gloire du Christ réside bien moins dans sa toute-puissance que dans le don absolu de soi-même. Les paroles : « Père, l’heure est venue, glorifie ton Fils », Jésus les a prononcées quelques minutes seulement avant son arrestation. Il ajoute encore les mots suivants : « Glorifie ton Fils, afin que le Fils te glorifie ». Or, dit Jésus, le Fils glorifie le Père « en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire » (Jn 17, 4). La gloire de Dieu, c’est finalement la passion du Christ, sa marque d’amour absolu pour chacun de nous.

Du coup, participer à la gloire du Christ, c’est d’abord entrer dans cette voie de l’amour donné, absolu, pour nos frères et sœurs, qui va jusqu’au don de soi. Et c’est seulement avec cet amour-là que nous pourrons « siéger aux cieux, dans le Christ Jésus », comme le dit saint Paul dans l’épître aux Ephésiens (2, 6).

Chanoine Roland Jaquenoud