Demain, c'est dimanche

30.04.2017 / Jésus passe… Jésus rejoint…

Deux disciples faisaient route de Jérusalem à Emmaüs.

On pourrait rapprocher ce texte, propre à saint Luc, d’un autre texte du même évangéliste, celui de la descente d’un homme de Jérusalem à Jéricho… tous les deux sont révélateurs d'une situation limite : mort-vie ; risque de mort, chance de vie.
Une vie offerte à un homme sans nom, gisant au bas d’une route, sur le point de mourir, vu par un prêtre et un lévite, mais laissé dans son sang ; un homme recueilli par un Samaritain qui le regarde, le prend, le soigne puis disparaît en laissant à l'aubergiste de quoi subvenir à sa mise sur pieds… Quelle rencontre salutaire, quels merveilleux signes de charité, dans la discrétion.
Une vie nouvelle est accordée à deux hommes, faisant route vers Emmaüs, morts psychologiquement et moralement d’avoir perdu Celui en qui ils avaient mis leur espérance. Deux hommes rencontrés par Jésus, qui passe, soigne leurs blessures, éclaire leur intelligence, et leur offre sa présence au-tour d’une table, dans un signe : le pain rompu, puis disparaît à leurs yeux… Quelle rencontre salutaire, quel merveilleux signe d’espérance !
Secouru par le samaritain, l'homme qui descend de Jérusalem à Jéricho sera guéri avec de l'huile et du vin versé sur ses plaies…
Rejoints par Jésus, les disciples d'Emmaüs seront soignés par la Parole même de Dieu. Parole de Dieu qui agit à la manière d'un massage cardiaque… « notre cœur n'était-il pas tout brûlant, alors qu'Il nous parlait en chemin ».
Jésus chemine… Il rejoint des êtres abattus, des hommes à demi-morts ! Au soir de Pâques, Jésus fait route avec les disciples d’Emmaüs, Il balise, il trace un chemin, un chemin apparemment très court, mais si souvent im-praticable : le chemin qui va de la tête au cœur, du cœur à la tête. « O esprits sans intelligence, lents à croire à tout ce qu’ont dit les Prophètes ».
Jésus en pédagogue, en médecin tente l’opération la plus difficile : la connexion cœur-intelligence afin que, comme il est dit dans le psaume 84, l’amour et la vérité se rencontrent.
A la croisée des chemins, la balle est dans le camp de ces hommes aux cœurs réchauffés et aux intelligences éclairées… il ne leur reste plus qu’à dire le mot de passe : « reste avec nous », mot de l’accueil qui donnera à ces hommes la grâce de reconnaître leur hôte à la fraction du pain.

Chanoine Jean-Paul Amoos