Demain, c'est dimanche

22.01.2017 / Le Christ est-il donc divisé ?

Dans sa première lettre aux Corinthiens lue ce dimanche, saint Paul décrit une situation de crise dans la première communauté chrétienne de la ville de Corinthe. Il m’a été rapporté à votre sujet (…) qu’il y a entre vous des rivalités. Je m’explique. Chacun de vous prend parti en disant : « Moi, j’appartiens à Paul », ou bien : « Moi, j’appartiens à Apollos », ou bien : « Moi, j’appartiens à Pierre », ou bien : « Moi, j’appartiens au Christ » (1 Co 1, 11-12)

Eh oui, les divisions entre chrétiens ne sont pas d’aujourd’hui. Je me souviens d’une grande rencontre interconfessionnelle. A la tribune se succédaient des orthodoxes de tous pays, des catholiques romains et non romains, des luthériens, des représentants de fédérations protestantes de-ci et de-là. Et voilà qu’on nous annonce que l’orateur suivant est le représentant de « l’Eglise de Jésus Christ » (en fait une petite église américaine de la mouvance évangélique). Comme quoi, même se réclamer directement de Jésus Christ peut être source de particularisme et de division, aujourd’hui, comme à l’époque de saint Paul !

Face à cette situation, la réponse de Paul est claire. Elle est valable aujourd’hui, comme elle l’était du temps des Corinthiens : Le Christ est-il donc divisé ? (1 Co 1, 13). Trop souvent, le christianisme est affaire de particularismes. On doit, paraît-il, respecter la ou les traditions de l’église locale. Comme si la foi était un conservatoire de traditions folkloriques ! La foi, c’est tout autre chose. C’est l’ouverture à un message et à un salut qui me sont entièrement et gratuitement donnés. S’approcher de Jésus Christ, c’est forcément s’ouvrir à une dimension universelle et accepter de se laisser conduire par lui au de-là des limites de cette vie, de ce temps, de cet espace. La foi, c’est la transfiguration de tout l’être.

En cette semaine de prière pour l’unité des chrétiens, il serait bon de se rappeler que seule la recherche de la vérité en Jésus Christ devrait nous unir.

Chanoine Roland Jaquenoud