Demain, c'est dimanche

19.06.2016 / Aimer, c'est tout donner

Structure passionnante que celle de l’évangile de ce dimanche (Lc 9, 18-24). D’abord, il y a la confession de foi de l’Apôtre Pierre : « Tu es le Christ, le Messie de Dieu ». Confession de la vérité, dogmatiquement correcte. Mais curieusement, au lieu de féliciter Pierre pour sa bonne réponse, « Jésus, avec autorité, leur défendit de le dire à personne ». Et d’ajouter : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté (…), qu’il soit tué, et que le troisième jour il ressuscite ». Jésus est bien plus qu’une formule dogmatique. Il est le don total d’amour que Dieu fait de lui-même, don qui resplendit dans sa mort et sa résurrection.

Nous autres, qui fêtons Pâques chaque année, nous le savons. Et nous croyons. Et pourtant nous ne savons rien, car nous ne croyons qu’en théorie. Notre foi cessera de n’être qu’une théorie lorsque nous vivrons selon ce que Jésus dit « à tous » dans la suite de notre passage : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même », qu’il cesse de se préoccuper de sa petite personne, qu’il cesse de mettre les autres à la seconde place, « car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera ». Tant que nous n’en sommes pas là, notre prétendue foi n’est que doctrine et idéologie, qu’il vaut bien mieux taire, parce que le monde n’a pas besoin d’une idéologie de plus. Il en a déjà bien assez.

Chanoine Roland Jaquenoud