Demain, c'est dimanche

17.04.2016 / Jusqu'aux extrémités de la terre

Tous les conseils d’administration des grandes entreprises comme tous les gouvernements ont un service de communication, une personne qui se charge d’annoncer leurs décisions et de les expliquer. Il en est de même dans l’Eglise, à peu de chose près. Ainsi, après la résurrection de Jésus, les Apôtres eurent la charge d’annoncer cette merveilleuse nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre. Aujourd’hui encore nous entendons leur joyeuse annonce, par exemple dans les textes des Ecritures que nous lisons chaque dimanche.

La première lecture, celle des Actes des Apôtres, rapporte donc les missions de saint Paul auprès des juifs d’abord, puis auprès des païens. Ce texte décrit non seulement les difficultés de cette annonce, mais aussi ses succès. Nous avons comme en direct les premiers pas de l’Eglise. La résurrection est à annoncer jusqu’aux extrémités de la terre, mais il faut bien commencer ici et maintenant.

Dans la deuxième lecture, le ton est tout autre. Il s’agit du livre de l’Apocalypse où saint Jean dans un langage prophétique, plein de réminiscences bibliques, annonce la victoire finale de ce qui a été initié. Il voit alors une foule immense de toutes nations, races, peuples et langues. Alors « Dieu essuiera toute larme de leurs yeux » et l’Eglise aura accompli sa mission.

Cependant l’Evangile va plus loin. Ce Jésus, ce bon pasteur, est écouté par ses brebis. Chaque homme entend le Verbe de Dieu et s’il l’écoute, il le suivra et aura la vie éternelle. Mais ce Verbe, ce chargé de la communication, n’est pas une parole parmi d’autres, il est la Parole du Père. « Le Père et moi, nous sommes un » dit Jésus. Sa mort et sa résurrection sont ainsi annoncées et accomplies jusqu’aux extrémités de la terre.

Chanoine Alexandre Ineichen