Demain, c'est dimanche

06.03.2016 / Journée des malades

Chers malades,

Ce message est pour vous. Cette journée est la vôtre. Elle nous vient au cours de ce carême, comme la bonne interrogation sur notre lien avec chacun de vous. Et demain en retrouvant à la Conférence des Evêques, mon confrère, Mgr Marian, je lui dirai merci d’avoir écrit, en notre nom, le message de la journée des malades. Il se demande où trouver dans le système de santé cette belle dimension d’humanité qui n’a pas de prix. Ou encore : peut-on rencontrer des personnes qui offrent leur temps sans chercher un bénéfice en retour ? Ou bien : y a-t-il quelqu’un capable de manifester une juste compassion et d’assurer une proximité toute humaine ?

Votre situation, chers malades, nous pose ces questions. Certains parmi vous pourraient témoigner que ces personnes existent, en hôpital, en EMS, à domicile et leur mettre visage ou prénom. C’est tantôt une infirmière, un médecin, une visiteuse, un voisin, un inconnu même qui vous fait l’amitié d’une présence de qualité. Peut-être est-ce aussi quelqu’un qui se fait proche par un coup de fil, un message.

A défaut de pouvoir m’arrêter à vos côtés, de vous regarder dans les yeux, je vous écris ces quelques mots pour murmurer au cœur, que je voudrais être les mains, les bras, le cœur qui aident Dieu à accomplir, en vous, ses merveilles, souvent cachées.

Avec mon affection pour vous.

+ Jean-Marie Lovey, évêque