Demain, c'est dimanche

06.12.2015 / Préparez le chemin du Seigneur

Un temps historique, un lieu, une parole.

Le temps, c'est celui de Tibère, de Ponce Pilate, d'Hérode, de Philippe, d'Hanne et Caïphe.

Le lieu, c'est désert. La parole, c'est la voix prophétique, celle d'Isaïe et de Jean Baptiste : «Préparez les chemins du Seigneur».

La parole résonne dans un temps concret, celui de notre vie actuelle. Elle parle dans le désert, c'est-à-dire qu'elle exige qu'on aille l'écouter au désert, qu'on sorte un peu de son quotidien pour donner du temps à l'essentiel. Elle parle par la bouche des «prophètes», c'est-à-dire par les auteurs inspirés de la Sainte Écriture, et non par l'enseignement du premier gourou venu, dont on changera d'ailleurs à la première occasion venue. Elle invite à préparer le chemin du Seigneur, à rendre droits ses sentiers, pour accueillir Celui qui veut visite chaque âme afin qu'elle puisse «voir le salut de Dieu».

Préparer le chemin du Seigneur, cela veut dire, selon une foule d'auteurs spirituels, préparer le jardin de son cœur afin qu'il soit une demeure agréable à Celui qui vient nous visiter, l'orner de foi, d'espérance et d'amour, le purifier par la confession et le pardon reçu et donné, l'abreuver à la source d'eau vive qu'est l'Eucharistie. En un mot : «se convertir». Prendre résolument le chemin d'une vie nouvelle, où Dieu est premier et où le commandement de l'amour vécu jusqu'au bout est la seule règle de vie. Que ce soit là le chemin de notre Avent. Que ce soit là le chemin de notre vie.

Chanoine Roland Jaquenoud