Demain, c'est dimanche

25.12.2006 / Petite bougie

Cette pauvre petite ! Durant tout cet Avent, je l'ai regardée avec beaucoup de tendresse. Les hasards du calendrier ont été très cruels envers elle. Déjà qu'ordinairement elle ne peut brûler tout au plus qu'une semaine. Mais cette année, elle n'aura brillé qu'un seul jour !

Sa voisine en est déjà au quatrième âge de sa vie. Elle n'est plus très belle, mais elle a bien rempli sa vocation, tout au long de ce temps de la longue attente. Elle a donné tout ce qu'elle pouvait donner, et elle continue à éclairer de son mieux.

Plus loin sur la couronne, la bougie du deuxième dimanche est toute fière, dans la force de l'âge. Elle éclaire avec vigueur. Et c'est vers elle que l'on vient rechercher des forces pour allumer les autres.

La troisième ? Elle apprend timidement son métier de bougie. Elle voudrait ne pas se consumer et rester resplendissante de la beauté de sa jeunesse.

Mais cette quatrième bougie de l'Avent, que va-t-elle devenir ? Elle ne pourra resplendir qu'un seul jour pour le Seigneur ! En un seul jour elle aura parfaitement rempli sa mission.

Demain, une nouvelle décoration remplacera ces quatre bougies. Demain, le surnaturel triomphera, l'Enfant Dieu sera Roi. Demain nous fêterons la naissance de Celui qui vient éclairer définitivement notre marche dans l'obscurité — ou la pénombre — de nos existences. « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière… » Et ceux-là même qui n'espéraient pas grand-chose de la vie, ces bergers méprisés de Bethléem, vont avoir une divine révélation. L'ange est illuminé de la gloire du Seigneur lorsqu'il vient leur annoncer : « Aujourd'hui vous est né un Sauveur, un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »

Demain, comme ces bougies nous comprendrons un peu mieux notre vocation divine, à quelque âge de notre vie que nous en soyons.

Prieur Olivier Roduit