Demain, c'est dimanche

30.08.2015 / Purification du cœur

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus enseigne que « rien de ce qui est extérieur à l’homme et qui entre en lui ne peut le rendre impur » (Mc 7, 15).

Longtemps missionnaire en territoires où les religions et les confessions dominantes professent toute sorte de règles et d’interdits alimentaires, j’ai eu souvent à rappeler ce principe à mes paroissiens : le chrétien peut manger de tout, rien dans la création n’est mauvais en soi, rien qui soit capable de rendre l’homme impur.

Dans notre Occident, il n’est guère besoin d’insister sur ce fait, on en est bien convaincu. Par contre, peut-être oublie-t-on un peu la suite de l’enseignement de Jésus : « C’est du dedans, du cœur de l’homme, que sortent les pensées perverses : inconduites, vols, meurtres, adultères, cupidités, méchancetés, fraude, débauche, envie, diffamation, démesure. Tout ce mal vient du dedans et rend l’homme impur » (Mc 7, 21-23). Par ces paroles, Jésus nous introduit au combat intérieur.

C’est là, à l’intérieur de nous-même, que doit se mener la lutte pour la fidélité, l’honnêteté, la générosité, la bonté, l’humilité. C’est ce que les anciens moines appelaient « la garde du cœur. » Ce combat ne peut se gagner qu’avec la grâce de Jésus. C’est pourquoi il n’est pas besoin d’avoir tué, volé ou trompé sa femme pour devoir aller se confesser. La grâce du sacrement de la réconciliation vient purifier ma vie intérieure. Ce sacrement est donc nécessaire à tous, sans exception.

Chanoine Roland Jaquenoud