Demain, c'est dimanche

21.06.2015 / Silence, tais-toi!

L’Evangile de la tempête apaisée veut avant tout montrer que Jésus n’est pas seulement homme mais qu’il est aussi le vrai Dieu à qui le vent et la mer obéissent puisqu’ils sont le fruit de sa création.

D’autre part, on fait souvent appel à ce texte pour comparer la barque des apôtres à l’Eglise, notre Eglise qui doit affronter bien des tempêtes et qui, malgré tout, avance grâce à la présence pacifiante du Seigneur dormant « sur un coussin à l’arrière… »

Mais à y regarder d’un peu plus près, j’ai le sentiment que cette barque symbolise aussi chacune de nos histoires humaines. Agités, stressés, soucieux, inquiets c’est souvent l’image que nous donnons à ceux que nous rencontrons. Cela ne provient-il pas du fait que nous comptons trop sur nous-mêmes pour mener notre vie ? N’y a-t-il pas là un manque de confiance et d’abandon envers Dieu si bien traduit par le psalmiste ? : « En vain tu devances le jour, tu retardes le moment de ton repos, tu manges un pain de douleur, Dieu comble son bien-aimé quand il dort » ? Plus nous ne ferons confiance qu’en nous-mêmes, plus notre barque prendra l’eau de toute part.

Alors, pourquoi ne pas voir dans l’image de Jésus qui dort, non pas une invitation à ne rien faire, mais un appel à vivre toute chose en sa présence avec la confiance qu’il a lui-même manifestée envers son Père ? Accepter cela, c’est donner à nos existences un sens et une intensité qui nous feront comprendre de l’intérieur ce que c’est que la joie de vivre.

Chanoine Calixte Dubosson