Demain, c'est dimanche

10.05.2015 / Amour de Dieu

L'expression est bien belle, mais son utilisation est souvent abusive. En effet, l'expérience que nous avons de l'amour ne coïncide pas toujours avec notre conception de Dieu, voire notre foi. Comprendre, et l'amour, et Dieu, est rarement du plus immédiat. Pourtant, saint Jean ne dit rien d'autre dans ses écrits. Ligne après ligne, il le répète sans cesse : « Dieu est amour » et « aimons-nous les uns les autres. »

Aussi notre expression peut-elle, premièrement, caractériser l'amour qui vient de Dieu. Ce dont on parle, c'est alors d'un amour particulier, celui de Dieu. Mieux, en suivant la lettre de saint Jean, Dieu et l'amour s'identifient. Leur coïncidence donne alors à l'amour, à l'amour de Dieu, sa vraie dimension : infinie.

Secondement, nous pouvons comprendre l'amour de Dieu comme l'amour que nous portons à Dieu, que nous avons pour Dieu. Ici s'exprime tout le tragique de notre condition humaine. Combien la joie est parfois loin de nos préoccupations. Combien notre amour de Dieu contredit l'amour que Dieu a pour nous.

Mais, pour résoudre cette ambiguïté grammaticale, pour comprendre de mieux en mieux notre expression, nous n'avons que la clarté de l'Evangile. « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. » Non seulement l'amour nous oblige, mais il détermine Dieu lui-même. Les Actes des Apôtres sont une merveilleuse illustration de ce double commandement, de cet unique amour, de Dieu pour nous, de nous envers les autres par Dieu et pour Dieu.

Chanoine Alexandre Ineichen