Demain, c'est dimanche

19.04.2015 / La vie absolue

Tout être humain n’existe que parce qu’avant lui il y a la Vie primordiale et absolue. Laquelle est fondamentalement « être-avec », éternelle puissance de relation. Je ne vis moi-même que porté sur l’horizon éternel de cet « être-avec », qui me précède et que je nomme Dieu.

En outre il n’y a communauté et relation entre les humains que parce que chacun vient de la Vie absolue, de cet « être-avec » primordial. Du lieu où je suis dans ce monde je puis être en relation avec n’importe quel être humain puisque tout être humain vient lui-même de l’« être-avec » primordial. Bien plus je puis devenir le contemporain d’un événement qui s’est passé voici 2'000 ans.

Un événement ? Le Fils de Dieu, lui le Premier Vivant – avec qui Dieu entretient une relation d’éternelle réciprocité et qui est venu dans la chair d’un homme – surmonte l’abîme qui menaçait de briser notre propre « être avec » ; il triomphe de la mort qui risquait d’anéantir le réseau des relations qui unit l’humanité.

Par la foi – à travers des actes de fraternité, de compassion, de réconciliation, de sacramentalité – l’homme peut désormais rejoindre le Premier Vivant, lui par qui La Vie absolue s’est elle-même livrée au monde. L’évangile de ce dimanche raconte à sa manière, celle du repas partagé, comment il est possible aux disciples que nous sommes de rencontrer le Premier Vivant, le « Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts » (Ac 3, 15).

Chanoine Jean-Claude Crivelli