Demain, c'est dimanche

12.04.2015 / Peur et paix

« Au soir du premier jour de la semaine, les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs » (Jn 20 ,19).

PEUR
Après la mort de Jésus, les disciples sont comme terrés dans la crainte, dans la peur. Ils ont beau être dans une chambre haute, ils ressemblent à des gens qui se cachent sous terre ; car ils vivent dans l’angoisse que survienne pour eux ce qui est arrivé à Jésus, leur Maître.

Toutes les portes étant fermées, Jésus surgit là, au cœur même de leurs angoisses, de leurs peurs paralysantes, au cœur de ce qui bloque tout être humain : les remords, le désespoir, l'inconnu et la peur. Attitudes qui sont à l'origine de presque tous les conflits familiaux et sociaux.

PAIX
C'est au cœur même d'une situation de peur que Jésus apparaît, sans effraction, sans causer de dégâts. Il n'enfonce rien, il ne force rien, Jésus se présente tout simplement à ses amis.

Jésus est entré avec la seule puissance de son amour. Les premières paroles qu'il adresse, à ceux qui se sont barricadés, sont des souhaits de paix qui bannissent la crainte.

La paix de Dieu n'est pas une formule, mais une Personne ; c'est le Fils même de Dieu venant vivre l'amour de Dieu, au milieu de la création tout entière, pour tous les humains qui la peuplent.

La paix que nous apporte le Ressuscité a réellement le pouvoir de faire de nous des créatures nouvelles.

Chanoine Jean-Paul Amoos