Demain, c'est dimanche

01.02.2015 / Autorités

Par deux fois, dans l'évangile de ce dimanche, la foule de Capharnaüm dit de Jésus qu'il enseigne avec autorité. Cependant dans les deux passages, il n'est pas fait mention d'une quelconque autorité, comme il est traduit dans la version liturgique entendue, mais d'un véritable pouvoir que Jésus exerce à la stupéfaction de tous.

D'une part, à la synagogue, Jésus enseigne, non à la manière des scribes qui ne font que répéter, sans bien les comprendre, la Loi donnée à Moïse au Sinaï et les Prophètes inspirés par Dieu. Ces docteurs essaient tant bien que mal de saisir la parole de Dieu, mais se l'accaparent souvent à leur profit. Mais Jésus est le Verbe de Dieu qui seul peut nous donner l'exacte interprétation des Ecritures, de la Loi et des Prophètes.

D'autre part, toujours à la synagogue, un esprit mauvais prend à partie le Christ et le reconnaît comme le Saint, le Saint de Dieu. Jésus alors fort de son autorité l'expulse vivement de l'homme tourmenté. Jésus n'est pas seulement le génial interprète de la parole de Dieu, mais il agit aussi en acte et en vérité. Seul Dieu peut commander aux esprits. La foule, saisie de frayeur, l'a bien compris.

Ainsi l'évangéliste saint Marc montre dans cet épisode la véritable identité de Jésus. A la synagogue de Capharnaüm, ce n'est pas seulement un prédicateur de plus ou un guérisseur qui se manifeste, mais Dieu lui-même. Ainsi sa renommée ne peut que se répandre. Laissons-le nous enseigner et laissons-le nous guérir. Le Christ est venu pour mettre de l'ordre dans notre Capharnaüm, par la parole et par les actes.

Chanoine Alexandre Ineichen