Demain, c'est dimanche

04.01.2015 / Les « Rois mages »

L’imagination populaire, au cours des siècles, a développé beaucoup de poésie et de folklore autour des « Rois mages ».

La figure symbolique et hautement poétique des mages venus d'Orient offrant à Jésus l'or, l'encens et la myrrhe, représente les peuples de toutes cultures et toutes croyances.

L’Évangile de Matthieu invite à reconnaître le roi des juifs dans un petit enfant nu, déposé dans une mangeoire, et le fait reconnaître comme tel, non par les puissants aussi bien laïcs que religieux d’Israël, mais par des « étrangers » venant de loin, des astrologues.

Les mages nous apprennent trois choses. D'abord, à être en recherche. Ils nous disent que Dieu est en avant, car nous sommes destinés à être des explorateurs de Dieu. La vraie fidélité est d'aller de l'avant. Ensuite, le goût du risque. Quand on se met à chercher, il est toujours possible de se tromper. Mais nous sommes sûrs que Dieu nous accompagne dans nos recherches et même dans nos égarements. Ils nous montrent enfin que Dieu n'est pas toujours là où on pense qu'il devrait être. Les Mages s'imaginaient trouver le nouveau roi dans une capitale : Jérusalem, mais ils sont conduits vers Bethléem, une petite bourgade…

Avec eux, offrons, nous aussi, l'or, l'encens et la myrrhe : « L’or de notre liberté, l’encens de notre prière ardente, et la myrrhe de notre affection la plus profonde ».

Chanoine Jean-Paul Amoos