Demain, c'est dimanche

14.12.2014 / Science-fiction

Actuellement il suffit de consulter le programme des films à l’écran pour constater qu’il y en a toujours un dont l’intrigue se déroule dans un avenir plus ou moins proche, mieux, qui imagine un voyage dans le temps. Pourtant, nous savons que le temps est un élément indépassable de notre réalité. Le mettre en scène est donc de l’ordre de la pure fiction, mais aussi exalte notre imagination et nous permet d'évoquer en même temps notre réalité et nos espoirs cachés.

L’Avent que nous célébrons ces jours ressemble un peu à un film de science-fiction. D’une part, nous rappelons la naissance de Jésus, né il y a plus de deux mille ans en Palestine. C’est la fête de la Nativité, c’est Noël. D’autre part, nous espérons son retour dans un avenir proche. Les textes de la liturgie nous le rappellent sans cesse: « Réjouissez-vous car le Seigneur est proche. »

Comme pour un film de science-fiction, il nous faut voyager dans le temps : revivre la merveille de l’Incarnation du Verbe de Dieu, nous réjouir à la crèche de la naissance de Jésus et attendre l’accomplissement des temps nouveaux lors de son retour glorieux, espérer un ciel nouveau et une terre nouvelle. Cependant, pour conjuguer ce passé merveilleux et cet avenir lointain, Dieu nous propose de ne pas éteindre l’Esprit, ici et maintenant, au milieu de vous – comme Jean le Baptiste l’annonce aux Juifs qui l’interrogent –. N’est-ce donc pas cela la joie ? Se souvenir d’un moment extraordinaire, espérer un accomplissement prodigieux et vivre de l’amour constant et fidèle de Dieu.

Chanoine Alexandre Ineichen