Demain, c'est dimanche

23.03.2014 / I need you

« I need you. You don't realize how much »,

chantaient jadis les Beatles. Une partition de George Harrison à l'intention de sa future femme Pattie Boyd. « J'ai besoin de toi comme un arbre a besoin de pluie », soupire tel autre. Etc. La liste est longue. Longue et émouvante parce que cette plainte est chevillée au coeur de tout être humain.

Besoin de toi, et pourquoi donc ? Pour satisfaire mes envies, mes pulsions, mes caprices. Pour que tu vaques au service de mon confort. L'être humain serait-il rivé à la seule satisfaction de ses besoins ? N'est-il pas promis à quelque chose qui relève d'un autre ordre ? Découvre-toi comme être de désir, explique la tribu freudienne. Tâche qui t'occupera jusqu'à ta mort.

Que dit Jésus à la femme qui vient au puits – dans une question aux multiples sens ? « Donne-moi à boire », exprimant ainsi le désir de Dieu à notre endroit. Or Jésus s'adresse ainsi à une femme. Les évangiles ne rapportent pas de demande semblable faite à des hommes mâles. Comme si la femme était seule capable de combler le désir de Dieu. Ô toi, être masculin, reconnais ce que telle femme aimée – d'amitié ou d'amour – a ouvert dans ta vie. La question vaut aussi pour les ecclésiastiques ! Si ces derniers risquaient une pareille reconnaissance, la place des femmes dans l'institution en serait profondément transformée. Encourageons le pape François : il souhaite, « une présence féminine plus décisive » dans l'Église !

Jean-Claude Crivelli