Demain, c'est dimanche

23.02.2014 / Soyez parfaits

Tout au long des Ecritures, de l'Ancien comme du Nouveau Testament, Dieu nous enjoint à être saint, miséricordieux et parfait comme lui. Ce commandement reste difficile, voire impossible. Comment, moi, simple mortel, puis-je me dépasser autant jusqu'à me comparer à Dieu lui-même. Comment Dieu peut-il exiger autant de ses fidèles et croire qu'ils réussiront à accomplir ses commandements. La loi donnée au Sinaï ne suffit-elle pas ?

Mais l'Evangile nous oblige et être disciple du Christ, c'est l'aimer de tout son coeur, de toute son âme et de toute sa force. Là se situe la condition humaine. Dieu nous y laisse car il croit en nous. La loi ne suffit pas car notre charité doit la dépasser, même si le terme en est encore bien éloigné.

D'ailleurs, combien de fois les lois, aussi bonnes soient-elles, ne répondent pas à nos dispositions profondes. Il faut, non les abolir, mais les accomplir. Il faut, non les supprimer, mais les surpasser. Alors, en chemin, de la loi à la perfection demandée, l'homme dans son éphémère condition avance. Il doit alors éviter de mépriser la loi, mais aussi de croire qu'elle suffit à devenir vraiment homme. Il doit ainsi tendre vers cette perfection que Dieu lui demande.

Sur ce chemin, nous avons la science de ce que nous devons faire, mais nous avons aussi la sagesse qui nous permet, non seulement d'éviter le mal, mais de promouvoir le bien et de l'aimer. « La sagesse de ce monde est folie devant Dieu ». La folie de l'amour nous permet alors d'accomplir l'unique commandement de Dieu : « Soyez saint, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. »

Chanoine Alexandre Ineichen