Demain, c'est dimanche

18.11.2012 / Le Fils de l'homme est proche, à votre porte

Cette année encore, nous terminons la période dite du « temps ordinaire » en lisant des textes de la Bible concernant le retour du Christ.

Comme l'ont remarqué les Pères de l'Eglise, il y a deux avènements de Jésus. Celui dans la pauvreté d'une étable, à Noël, et celui dans la gloire, où « il reviendra juger les vivants et les morts », selon les mots de la profession de notre foi.

Le premier avènement, nous le confessons avec un plaisir non dissimulé : il est lié à tant de belles veillées, tant de belles Messes de minuit, et aussi, avons-le, tant d'images d'Epinal.

Quant au second, il faut bien le reconnaître, nous le confessons un peu en passant, distraitement. Nous n'aimons pas trop nous rappeler qu'il faudra bien un jour rendre compte de notre vie. A vrai dire, nous n'y croyons plus guère : tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, et la prédication sur les fins dernières était bonne du temps de la religion à grand-maman que, Dieu merci, nous avons dépassée. Pourtant, de manière insistante, nous répétons chaque dimanche « il reviendra juger les vivants et les morts ».

Que cela nous plaise ou non, ce fameux jugement dernier fait partie de notre foi. Donc, il faudrait bien s'y préparer un peu. D'autant plus que Jésus, dans l'évangile de ce jour, nous presse : « Cette génération ne passera pas avant que tout cela n'arrive » (Mc 13, 30).

Quelle génération ? Cettegénération.

Chanoine Roland Jaquenoud