Demain, c'est dimanche

11.11.2012 / Accueillir l'étranger

« Laisserons-nous à notre table,

Un peu d'espace à l'étranger ?

Trouvera-t-il quand il viendra

Un peu de pain et d'amitié ? » Michel Scouarnec

L'étranger qui est chez nous, n'est-ce pas ce qu'il espère ?

Mais quand il entend discours et il n'est pas rassuré. « Il prend nos places de travail ; il profite de notre aide sociale ; il veut imposer sa culture, sa religion. »

Oh ! Je sais. Ce n'est pas facile d'accueillir avec gentillesse le sans-papiers, les gens du voyage, le demandeur d'emploi qui tend la main à la porte. Ce n'est pas la peur de s'appauvrir. C'est la peur d'être abusé et d'être blessé dans son amour-propre. Quoi qu'on puisse penser du bien-fondé de la demande, il n'en reste pas moins que c'est bel et bien un pauvre qui frappe à la porte.

En ce 2ème dimanche de novembre, nos paroisses suisses sont invitées à célébrer la Journée des Peuples, Dimanche des Migrants. Volontiers, nous accueillons nos frères et soeurs des communautés étrangères pour découvrir et célébrer la foi ensemble. Mais il y a aussi la Parole de Dieu qui nous interpelle. Le prophète Elie fuit son pays à cause des menaces du roi Akhab. Arrivé à l'entrée de la ville de Sarepta, il demande de l'eau et du pain à une pauvre veuve. Elle va puiser de l'eau et cuit du pain avec le peu de farine et d'huile qui lui reste. Le Seigneur dit : « Jarre de farine point ne s'épuisera, vase d'huile point ne se videra. ». Le geste de partage de la veuve de Sarepta avec l'étranger devient source de vie.

« Ouvre mes mains, Seigneur, apprends-moi à partager. »

Chanoine Charles Neuhaus