Demain, c'est dimanche

23.09.2012 / Serviteur des serviteurs

Ce titre fameux, donné au pape, est une bonne illustration de l'Evangile de ce dimanche. « Si quelqu'un veut être le premier, qu'il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Ce précepte de Jésus suit d'ailleurs l'une des annonces de sa mort sur la croix. Le Christ n'a donc pas retenu jalousement son rang, mais il s'est anéanti en devenant esclave jusqu'à mourir crucifié.

Ainsi si nous voulons devenir disciples de Jésus, il nous faut accepter de le suivre et considérer les autres comme supérieurs à nous-mêmes. Des Ecritures au titre pontifical, en passant par la vie des saints, tout le message du Christ le rappelle. L'humilité et la charité sont les vertus premières et essentielles pour celui qui veut se mettre à l'école de Jésus.

Pourtant, c'est là que notre humanité s'oppose au dessein de Dieu. Nous le savons. Si nous avons une situation privilégiée, nous en abusons. Si nous ne sommes rien, nous aspirons à devenir quelqu'un au risque de nous enfler de vide. De plus, la société nous impose une place. Comment pouvons-nous alors accomplir le commandement divin ?

Faut-il aspirer à une société où tout est prévu d'avance au risque de supprimer tout esprit d'entreprise et de liberté ? Ou, au contraire, n'accorder de crédit qu'à celui qui, à force de volonté, s'élève dans la société au mépris des autres ?

Jésus propose comme chemin l'esprit d'enfance que, pendant toute notre vie, il faudra approfondir. Cette voie est la seule qui nous rappelle notre dépendance radicale par rapport à la volonté divine et nous ouvre un avenir à chaque instant nouveau, tel que le Père veut nous l'offrir comme à ses propres fils.

Chanoine Alexandre Ineichen