Demain, c'est dimanche

08.07.2012 / Nul n'est prophète en son pays !

« Un prophète n'est méprisé que dans son pays, sa famille, sa propre maison » De cette parole de Jésus est né le dicton bien connu : « Nul n'est prophète en son pays ! » Un prophète, digne de ce nom, dit une parole qui dérange. De quel droit nous fait-il la leçon ?

Au début du chapitre 6 de l'évangile de saint Marc – évangile de ce dimanche – Jésus vient dans sa patrie, Nazareth. Jusque-là, il avait sillonné la Galilée, il avait enseigné les foules sur le bord du lac et dans les synagogues, il avait fait des miracles à Capharnaüm et au-delà des frontières. Beaucoup avaient été frappés par ses paroles, émerveillés par ses actes de guérisons.

Mais quand il revient à Nazareth, parmi ceux qui l'ont vu grandir près de Marie, sa mère, qui l'ont vu travailler à l'atelier de Joseph, le charpentier, c'est l'étonnement et la suspicion : « Quelle est cette sagesse qui lui a été donnée ? N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie ? »

Beaucoup de chrétiens peuvent dire : « Jésus, je le connais. Il a vécu à Nazareth il y a 2000 ans ; il a parlé du Royaume de Dieu ; il a fait des miracles ; il s'est choisi des disciples ; il a été condamné à mort et crucifié ; il est ressuscité ». C'est à cause de lui qu'ils demandent le baptême, la première communion, etc. Et après !!!

Jésus le prophète, l'homme qui ouvre les yeux sur le sens de la vie qui est plus qu'un bien-être matériel, qui interpelle sur la conduite des relations humaines, qui dénonce la violence, l'injustice, qui accueille l'étranger, le laisser pour compte, est-il écouté chez nous aujourd'hui ?

Chanoine Charles Neuhaus