Demain, c'est dimanche

24.06.2012 / Les feux de la Saint-Jean

La liturgie de ce dimanche nous invite à célébrer la Nativité de Jean-Baptiste. La fête est placée au solstice d'été, six mois avant Noël. Désormais les jours vont diminuer jusqu'à Noël, le jour le plus court. Au solstice d'hiver, où l'on célèbre la naissance de Jésus, les jours vont de nouveau grandir. En fait, ces dates ont été choisies comme des dates symboliques. Elles illustrent parfaitement la parole de Jean-Baptiste : « Lui, il faut qu'il grandisse, et moi, que je diminue ».

Pour Elisabeth et Zacharie, les parents de Jean-Baptiste, la surprise de sa naissance est d'autant plus grande qu'ils ne s'y attendaient plus, vu leur âge. Ils vérifient dans leur être cette parole dite à la Vierge Marie : « Rien n'est impossible à Dieu. »Pour n'avoir pas cru à cette promesse, Zacharie en a perdu la parole.

Contrairement à son père, Jean-Baptiste n'aura pas la langue dans sa poche. Il fera sienne cette prophétie d'Isaïe : « Dieu a fait de ma bouche une épée tranchante. »

Zacharie personnalise nos silences coupables, nos doutes par rapport à Celui par qui tout est possible. Jean-Baptiste réveille en chacun les audaces de l'amour en acte qui ne se contente pas de demi-mesures mais qui, par sa force mystérieuse, transforme le monde. Que le Précurseur libère en nous des paroles et des actes libres qui ne craignent pas la pression d'une opinion publique rarement lucide mais qui émergent d'une conscience droite éclairée par l'Esprit de Dieu.

Chanoine Calixte Dubosson