Demain, c'est dimanche

27.05.2012 / Un souffle d'amour trop ignoré

Au cours d'un entretien de préparation au baptême, j'en viens à évoquer la Pentecôte. La fête est proche. « Qu'est ce que la Pentecôte ? » Le couple se regarde, baisse les yeux… « Ah ! oui. C'est lundi de Pentecôte. »

Le dimanche de Pentecôte, un dimanche comme les autres ! Comment faire découvrir ce qu'est la Pentecôte ? Est-ce que cette manifestation de l'Esprit, don du Père et du Fils, à la manière d'un violent coup de vent, dans le Cénacle où les Apôtres sont unis dans la prière, est pour nous une révélation des merveilles de Dieu ?

Jésus disait à Nicodème : « Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d'où il vient, ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l'Esprit. » (Jn, 3. 8). Nous entendons dire des Apôtres, dans la Parole proclamée le jour de la Pentecôte : « Ces hommes ne sont-ils pas des Galiléens ? Comment se fait-il que chacun d'entre nous les entende dans sa langue maternelle ? Nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu. » (Ac 1, 8…12)

L'Esprit à l'oeuvre aujourd'hui. Ces quelque 300 personnes rassemblées à Saint-Maurice, le week-end de l'Ascension pour fêter les 40 ans de Foi et Lumière, comment se fait-il qu'elles se comprenaient chacune dans sa langue ? Il y avait les handicapés mentaux, jeunes et adultes, qui chantaient le Seigneur, et d'autres qui exprimaient leur joie par un sourire ; il y avait les parents qui échangeaient fraternellement avec d'autres ; il y avait les amis qui ont donné de leur temps. Il y avait un seul esprit, un souffle de vie : l'Esprit d'amour.

Charles Neuhaus