Demain, c'est dimanche

29.04.2012 / Bon et unique Pasteur

« Moi, je suis le bon pasteur ; je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent, et je donne ma vie pour mes brebis. »

D'un bout à l'autre de la Bible, d'Abel à Jésus, la vie du berger auprès de son troupeau évoque une très longue histoire d'amour. Né parmi les pasteurs des collines de Judée Jésus réalisera le signe du berger, qui appelle, nomme, conduit et donne sa vie pour ses brebis.

En Jésus, « bon et unique pasteur », nous avons un nom, un nom reçu le jour de notre baptême. Nom qui permet au berger d'appeler par son nom chaque membre de son troupeau.

Troupeau qui n'a rien de grégaire… car Jésus ne connaît pas les hommes en général, mais chacun en particulier. Notre relation à Jésus est fondée sur le nom donné par nos parents et - pour les chrétiens – nom confirmé le jour du baptême.

« Je connais mes brebis, et mes brebis me connaissent ».

Connus personnellement par Jésus, chacun est invité, à son tour, à découvrir et connaître Celui qui appelle. Dans une relation d'amour réciproque, Jésus, le Bon Pasteur, le vrai guide, nous initie à la connaissance de Dieu et à celle des hommes : Dieu comme son Père, notre Père et les hommes comme ses frères, nos frères. La connaissance de Dieu conduit à la connaissance de l'homme. La connaissance des hommes conduit à Dieu.

Bon Pasteur, le Christ évoque la possibilité à devenir à notre tour, serviteur, accompagnateur, et guide. La vocation de pasteur selon la parabole de Jésus est d'accompagner chaque homme jusqu'au lieu où il se sent chez lui… chez Dieu.

Chanoine Jean-Paul Amoos