Demain, c'est dimanche

11.03.2012 / Le Corps du Christ

Après avoir chassé les marchands, Jésus proclame : « Détruisez ce Temple, et en trois jours, je le relèverai ».

Le Temple dont il parlait, c'était Son Corps (cf. Jn 2, 19 ; 21).

Jésus proclame solennellement en ce jour que le Temple, lieu de la présence de Dieu sur terre, n'est plus un bâtiment, mais bien Son Corps, offert sur la Croix, ressuscité le troisième jour, donné dans l'Eucharistie de l'Eglise. Car en Jésus, Dieu n'habite plus un bâtiment, mais bien la chair même, la nature humaine, qu'Il a assumée en devenant homme.

Jésus est l'unique chemin vers le Père, parce que Son Corps est l'unique lieu ou Dieu est pleinement présent en l'humanité. Ainsi, chercher Dieu, c'est Le chercher là où Il habite, c'est-à-dire là où est Son Corps. Et ce Corps, c'est le corps mystique de l'Eglise, vrai Corps du Christ selon saint Paul ; c'est aussi le Corps vivant du Christ à l'Eucharistie, présence réelle de Jésus tout entier.

Chercher Dieu ailleurs, c'est risquer de ne pas le trouver, ou de n'en trouver qu'une caricature. Seule l'Eucharistie de l'Eglise nous fait toucher à l'amour vrai de Dieu. Dieu se dépouille au point qu'Il nous offre, à chacune de nos communions, le don de Lui-même qu'il fit sur la Croix. Et nous négligeons ce don, soit en nous abstenant purement et simplement de le recevoir, soit en le recevant sans accepter qu'une telle grâce transforme en profondeur notre vie.

Un vrai Carême, ce sera une vraie conversion, qui nous apprendra à recevoir l'Amour qui se donne et à aimer en retour.

Chanoine Roland Jaquenoud