Demain, c'est dimanche

26.02.2012 / Arc-en-ciel

L'évangéliste saint Marc rapporte en une phrase les tentations de Jésus au désert et place cet épisode après son baptême par Jean le Baptiste au Jourdain et avant son ministère public. Pour commencer notre Carême et poursuivre notre montée spirituelle, il nous mène dans le désert pour y être tentés par Satan, vivre parmi les bêtes féroces et être servis par les anges. Avant de nous réjouir de la résurrection, allons donc avec notre Seigneur au désert.

Lieu de solitude où nous nous retrouvons, avec nos anges comme avec nos démons, le désert permet d'abandonner ce qui nous encombre et ce qui nous empêche d'être en vérité, comme nous le demande le Christ.

Lieu de sécheresse où la luxuriance de la vie et de la végétation est remplacée par la dureté de la pierre et la brutalité du minéral, le désert manque de cette eau qui donne la vie. Trouvons en nous la source vive qui redonne fraîcheur à nos âmes, qui désaltère nos coeurs asséchés.

Lieu des extrêmes, le désert passe du froid excessif de la nuit à la chaleur accablante du jour. Nos vies tentées et troublées, elles aussi, vont de sentiments contradictoires à des émotions bouleversantes et nous laissent souvent sans force et déprimés.

Pourtant, tout désert est arrosé quelquefois par une ondée rafraîchissante qui tempère les extrêmes. Pour couronner ce moment magique, le soleil jouant avec ce don du ciel le rapproche. Un arc, une arche relie enfin cette terre si dure et ce ciel si bleu. Dieu ne nous laisse pas seul, mais nous rejoint dans le Christ qui peut alors proclamer la Bonne Nouvelle : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. »

Chanoine Alexandre Ineichen