Demain, c'est dimanche

06.08.2006 / La Gloire et la Croix

Cette fin de semaine, nous célébrons la fête de la Transfiguration du Seigneur. Dans l'Évangile, nous lisons que Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, il les emmène à l'écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s'entretenaient avec lui. (Mt 17, 1-3) Le mystère que nous célébrons aujourd'hui peut être envisagé comme le signe la glorification future du Christ après sa Passion et sa mort. Mais, ce mystère est aussi une anticipation de notre propre glorification, car, comme nous l'enseigne saint Paul, l'Esprit lui-même atteste à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, cohéritiers du Christ, si vraiment nous souffrons avec lui pour être aussi glorifiés avec lui. (Rm 8, 16-17)

Toutes les petites ou les grandes souffrances que nous supportons avec le Christ sont bien peu de chose, si on les mesure avec ce qui nous attend : la vie éternelle dans la joie. Ne doutons pas que le Seigneur, nous bénisse par la Croix. Nous ne portons pas seuls « nos » croix, nos épreuves. Jésus est avec nous, en nous, portant et transfigurant en vérité ce qui est difficile et douloureux. Sans lui tout poids nous écrase. Si nous nous maintenons toujours près de Jésus, le mal subi, enduré prendra un autre sens, deviendra un chemin vers une plénitude secrète, cessera d'être une impasse. Saint Pierre le rappelait aux premiers chrétiens : qui pourra vous faire du mal si vous vous adonnez au bien ? Mais auriez-vous à souffrir pour la justice, heureux seriez-vous. (1P 3, 13-14)

Alors n'hésitons pas, avançons vers la Gloire par la Croix à l'image du Sauveur transfiguré, aujourd'hui, pour nous ! En Lui. La vocation de l'homme se voit assurée de son accomplissement.

Chanoine Yannick-Marie Escher