Demain, c'est dimanche

29.01.2012 / Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ?

« Aussitôt, le jour du Sabbat, Jésus se rendit à la synagogue, et là, il enseignait. On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes » (Mc 1, 21-22).

Dans l'évangile de ce jour, l'autorité de l'enseignement de Jésus se manifeste dans une action très concrète : il chasse un esprit mauvais (cf. Mc 1, 25-26). Ainsi, la Parole de Dieu n'est pas venue seulement résonner à nos oreilles. Elle est venue chasser l'esprit du mal. Elle est venue guérir l'homme.

C'est cette autorité-là qui frappe les auditeurs de Jésus en ce jour de sabbat à la synagogue. Et c'est avec cette autorité-là que Jésus veut nous parler aujourd'hui, quand nous ouvrons le livre de sa Parole.

Les scribes (et bien des prédicateurs de nos jours) font de cette parole un ronron qui endort. Quant aux chrétiens, nombre d'entre eux ne sont pas du tout prêts à être dérangés dans leurs petites habitudes par une proclamation forte et sans compromis de l'enseignement du Christ. « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? » (Mc 1, 24). Pourtant, si la Parole du Christ, proclamée par son Corps qui est l'Eglise, ne transforme pas nos vies en la purifiant du mal et du péché, elle en devient parfaitement vaine, et notre christianisme se transforme en une fade habitude, très éloignée de ce Jésus dont nous prétendons être les disciples.

Chanoine Roland Jaquenoud