Demain, c'est dimanche

01.01.2012 / 2012 et les bergers

Deux journaux évoquent en ce surlendemain de Noël l'apocalypse annoncée pour décembre 2012 par un calendrier maya. Il s'agit en fait d'un calendrier revu et corrigé pour les besoins de la cause. Et l'article de Migros Magazine (52/2011) « met en garde contre les gourous et autres charlatans n'hésitant pas à se servir de '‘ces peurs millénaristes pour engendrer la domination, l'emprise physique ou psychologique sur des individus ou la captation de leurs biens financiers'. »

L'Evangile de Nouvel-An rapporte une tout autre annonce : celle des anges aux bergers à propos d'un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. Les anges avaient proclamé la gloire de Dieu et la paix sur la terre. Il est dit aussi que les bergers — les gens les plus pauvres et méprisés de l'époque — s'étaient empressés d'aller visiter l'Enfant Dieu et qu'ils louaient Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu.

L'Evangile ferait-il preuve d'un angélisme irréel ? Non, bien sûr, puisque quelques lignes plus loin, la mère de Jésus se fait dire que son fils allait être un signe de division.

Dieu nous prend au sérieux et respecte notre liberté. Par ses anges, il nous annonce la bonne nouvelle du salut offert en Jésus ; Jésus, dont la vie entière ne sera que prédication du Royaume de Dieu et dont la mort et la résurrection nous ouvriront toutes grandes les portes pour l'éternité. Non pas une prophétie de malheurs et de catastrophes, mais l'invitation, dès aujourd'hui, à une éternité de bonheur et de paix.

Chanoine Olivier Roduit