Demain, c'est dimanche

18.12.2011 / Réjouis-toi !

L'ange Gabriel entra chez Marie et lui dit : « Je te salue, comblée-de-grâce » (Lc 1, 28).

Je te salue, Ave, en fait, selon une traduction plus littérale : réjouis-toi ! L'ange, par sa salutation, annonce la bonne nouvelle de la joie.

En arrière-fond résonne la voie des prophètes, celle de Sophonie et celle de Zacharie : « Réjouis-toi avec force, fille de Sion » (So 3, 14, Za 9,9). Marie, fille de Sion, Marie, image de son peuple, réceptacle de la joie qui vient. En saluant Marie, c'est à tout le peuple de Dieu que l'ange annonce la joie : joie due à la Présence. « Le Seigneur est avec toi » (Lc 1, 28), « le Seigneur est roi au milieu de toi » (cf. So 3, 15).

Ainsi, la joie que l'Ange est venu annoncer n'est pas celle d'une libération politique, comme on aurait pu le croire à l'époque de Jésus. Elle n'est pas due à la résolution de quelque problème concret dont le Seigneur s'occuperait. Elle est due tout entière à la présence de Dieu. Cette joie nous invite à une quête non pas à l'extérieur, toujours décevante, mais à l'intérieur de nous-même, là où le Seigneur a établi sa demeure (cf. Jn 14, 23). Le Seigneur est présent dans le sein de la Vierge, il est présent dans Son Corps qu'est l'Eglise, il est présent dans le coeur de chacun.

Prendre conscience de cette présence, habiter cette présence, peut devenir source d'une joie inébranlable parce qu'elle ne dépend plus des circonstances extérieures. C'était la joie des Apôtres qui, juste après avoir été battus, allaient « tout joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le Nom » (Ac 5, 41).

 

Chanoine Roland Jaquenoud