Demain, c'est dimanche

20.11.2011 / Le Roi de nos vies

Assis dans la petite église catholique de Bex, en cette belle matinée ensoleillée, je contemple les vitraux du choeur qui remplissent le sanctuaire d'une somptueuse luminosité.

Au centre, le Christ en croix. Jésus meurt, mais tout rayonne de sa personne. Paradoxalement, le corps mort du Seigneur resplendit de vie. Le sang coule de la tête blessée, du côté transpercé et du coeur brillant : les blessures sont lumineuses. Alors que tout paraît fini aux yeux des hommes, une vie nouvelle s'ouvre, pour lui, pour nous.

A gauche, Marie : une tristesse émue transparaît de ses grands yeux tournés vers son fils mort. A droite, saint Jean est en adoration confiante. Marie et Jean sont vêtus de rouge, la couleur du sang du Christ. « Ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l'Agneau » (Ap. 7, 14)

Tout en haut du vitrail central, le peintre Paul Monnier a placé le titulus

INRI : Jésus le Nazaréen, Roi des Juifs. En dessous, au centre du choeur, le regard se porte sur l'autel eucharistique autour duquel se rassemble la communauté pour se nourrir de la communion au corps et au sang du Christ. Tout ne se passe pas que dans le ciel, ni dans l'émotion artistique. Le Royaume commence aujourd'hui sur terre. L'Evangile de ce dimanche le rappelle avec force en nous renvoyant à nos responsabilités : « Chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. » (Mt 25)

Chanoine Olivier Roduit