Demain, c'est dimanche

06.11.2011 / Etre toujours prêt

Ce dimanche, nous lisons le début du chapitre 25 de saint Matthieu. Ce chapitre contient trois paraboles : celle des dix vierges, celle des talents et celle du jugement dernier. Chacune de ces paraboles nous raconte à sa manière l'attente croyante de la venue du Seigneur.

Celle d'aujourd'hui nous dit qu'il faut être toujours prêt : dix vierges attendent l'arrivée de l'époux ; lorsque celui-ci est annoncé, cinq sont prêtes et cinq sont laissées à la porte.

Celle des talents nous dit qu'il faut faire fructifier les dons reçus de la grâce.

Celle du jugement dernier, dans laquelle se trouve d'un côté les « bénis de mon Père » (v. 34), de l'autre les « maudits » (v. 41), Jésus nous parle de la nécessité de s'occuper de ceux qui souffrent.

Etre toujours prêts, cela signifie « veiller » (cf. v. 12) dans la prière, afin de ne pas manquer la venue de Celui qui sans cesse frappe à la porte de notre coeur (cf. Apoc 3, 20). Veiller, cela signifie faire en sorte que les grâces reçues portent du fruit. Et porter du fruit, cela signifie pratiquer une charité active : nourrir celui qui a faim, recevoir l'étranger, habiller celui qui est nu, visiter le prisonnier (cf. v. 35-36). Car le Christ que nous prions est le même qui nous attend dans les pauvres. Le négliger dans celui qui a besoin de mon aide, c'est ne pas voir Dieu là où il se trouve et faire injure à Celui qui je crois rencontrer dans la prière. Pas de bénédiction pour l'Orant qui ne sait pas aimer en actes.

Chanoine Roland Jaquenoud