Demain, c'est dimanche

20.03.2011 / Récréation

Je parlais l'autre jour avec un confrère du Grand-Saint-Bernard. Il me disait que l'hospice du même nom était très fréquenté toute l'année. Cet intérêt pour la montagne montre que l'homme a besoin de ces espaces pour se recréer physiquement mais aussi pour réfléchir au sens de sa vie.

Que ce soit dans la neige, la tempête ou le soleil, on peut faire une expérience unique de retour à la nature. Mais il y a plus, car la présence d'une église dans cette maison vénérable permet de rencontrer, dans une atmosphère de silence et de prière, ce Dieu qui est notre Père.

Le rencontrer d'abord dans un bonheur tout humain. Bonheur fait de ces petits riens que sont la joie d'être arrivé à l'hospice sans trop de peine. Bonheur d'une tasse de thé offerte avec un sourire, non pas forcé, comme le recommandent les offices de tourisme, mais rayonnant parce que celui ou celle qui vous accueille a commencé sa journée dans la prière, offrant déjà au Seigneur ces visages encore inconnus qu'il va rencontrer. Alors, comme pour saint Pierre dans l'évangile de ce dimanche, surgissent spontanément ces mots : « Il est heureux que nous soyons ici. »

Il y a du bonheur à prendre du recul par rapport à sa vie, en montagne ou ailleurs, pour en contempler son étonnante densité. Nos blessures intérieures, nos échecs, nos péchés peuvent s'ouvrir au regard du Père qui les accueille et les transfigure dans sa miséricorde. C'est la grâce que je nous souhaite en ce temps du carême.

Chanoine Calixte Dubosson