Demain, c'est dimanche

06.02.2011 / Donner du goût

Il y a une vingtaine d'années, j'ai eu le privilège de me rendre en pèlerinage sur les terres que notre Seigneur a foulées lors de son existence ici-bas. J'ai pu notamment me baigner dans cette mer étrange qui s'appelle la Mer morte. Son appellation n'est pas usurpée. En effet, l'eau de cette mer est tellement salée qu'aucune vie n'est possible en son sein.

De sel, il en est justement question en ce dimanche où Jésus affirme que ses disciples sont appelés à être sel de la terre et lumière du monde. Comme pour toutes choses, du sel, il n'en faut ni trop, ni trop peu. S'il y en a trop, la vie peut être étouffée comme dans la mer morte. S'il n'y en a pas assez, l'existence s'en trouve affadie et sans saveur. De plus, il ne faut pas se tromper de substance. Le sucre et le sel se côtoient souvent sur nos étagères de cuisine. Une main distraite peut transformer un plat savoureux en un mets peu ragoûtant. Essayez, pour voir, de mettre du sel sur un coulis fraise à la crème Chantilly !

Etre sel de la terre, c'est donc tout un art. Le chrétien doit à la fois donner du goût à la vie par des valeurs reconnues comme la foi, l'espérance et la charité. En même temps, il doit être assez lucide pour reconnaître qu'il n'a pas le monopole des saveurs et qu'on peut trouver celles-ci chez les hommes de bonne volonté. Que le Seigneur nous donne en abondance le sel de l'humilité.

Chanoine Calixte Dubosson