Demain, c'est dimanche

25.07.2010 / Quelle horreur

La clameur de Sodome qui monte vers le ciel est grande ! Les fautes de Sodome et de Gomorrhe sont lourdes !

La lourdeur des fautes faisant monter la clameur de la ville vers Dieu en appelle à sa descente… pour détruire les habitants. « Quelle horreur » ! Abraham qui a eu vent de ce projet divin ne peut imaginer sa réalisation.

Le patriarche qui a quitté son pays et sa famille sur la Parole de Dieu, qui a accueilli la promesse d'une descendance contre toute espérance humaine, qui sera prêt à sacrifier son fils Isaac, sait ce que signifie faire confiance à Dieu. Il ne se contente pas d'entendre le message des deux envoyés de du ciel et de dire à Dieu : « quelle horreur si tu faisais mourir le juste avec le pécheur… »Non, il se met à discuter avec Dieu, à l'interpeller, à le prier, car il ne s'agit pas de sauver seulement les justes, mais à cause d'eux d'épargner toute la ville, pécheurs compris !

Comme un acheteur oriental, il commence son marchandage avec Dieu qui, pour cinquante justes, est d'accord de ne rien détruire. Merci mon Dieu, mais si on n'arrive pas au « quota » ? Alors, allons-y pour quarante-cinq. Le oui de Dieu provoque l'audace du Patriarche qui passe de quarante-cinq, à quarante… à trente… à vingt… à dix.

Si Abraham n'a pas eu l'audace de continuer sa prière, son dialogue avec Dieu annonce déjà le salut de l'humanité pécheresse par la prière et la vie offerte du seul Juste : le Christ. Le Dieu qui a tellement aimé le monde en donnant son Fils, comment pourrait-il, avec Lui, ne pas tout nous donner ?

Chanoine Jean-Paul Amoos