Demain, c'est dimanche

21.05.2006 / De l'estomac au cœur

L'autre est différent. Le chrétien, aujourd'hui plus qu'à n'importe quelle autre époque, est confronté aux différences de pensées, de religions, de conceptions morales…

Il y a peu, la société était relativement homogène et les comportements hétérodoxes ou hétéroclites étaient rapidement repérés, et confortablement circonscrits. Actuellement il n'en est plus ainsi ; le pluralisme s'implante profondément, jusqu'à neutraliser les jugements, jusqu'à cautionner le tout et le n'importe quoi. Les sécurités familiales en sont perturbées, les sécurités religieuses aussi…

Accepter la différence de l'autre est plus facile lorsque cet autre est lointain. Quand il est proche, l'être différent devient un défi pour chacun.

Si l'autre, dans sa façon d'être et de penser, m'inquiète et me fait faire un ulcère, c'est peut-être que je ne suis pas sûr de mes valeurs. Qu'est-ce que je fais, dès lors, pour renforcer mes valeurs nobles et me purifier de mes valeurs négatives ?

Les trois lectures de la liturgie de ce dimanche balisent la voie à suivre : « Dieu ne fait pas de différence entre les hommes », dit saint Pierre. « Aimons-nous les uns les autres, puisque l'amour vient de Dieu », dit saint Jean. « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés », dit Jésus.

Ces phrases semblent ressassées et usées. Elles ne le seront plus, si nous parvenons à les insérer dans la trame compliquée de nos relations avec tous ces gens qui nous côtoient sans partager nécessairement nos convictions.

Comme dit le sage : Si quelqu'un vous est resté sur l'estomac, prenez-le sur votre cœur !

Chanoine Guy Luisier