Demain, c'est dimanche

27.12.2009 / Célébrer la Sainte Famille ?

Est-ce que cette fête à encore un sens aujourd'hui ? Depuis son institution par le pape Léon XIII à la fin XIXe siècle, de profonds changements de société ont influencé la vie de famille.

Une fois de plus l'oraison d'ouverture de la fête guidera notre méditation : « Tu as voulu Seigneur que la Sainte Famille nous soit donnée en exemple ; accorde-nous la grâce de pratiquer comme elle, les vertus familiales, et d'être unis par les liens de ton amour, avant de nous retrouver pour l'éternité dans la joie de ta maison. »

Il est question d'être « unis par les liens » de l'amour de Dieu. C'est du manque d'union que souffrent bien souvent nos familles. En effet, le « vivre pour moi » a petit à petit supplanté « le vivre ensemble ». Dans ce contexte, le lien du mariage devient un carcan démodé qu'il faudrait fuir en oubliant que « l'homme ne peut pleinement se trouver que par le don désintéressé de lui-même » (Vatican II, Gaudium et spes24). C'est pourquoi nous demandons au Seigneur de pouvoir pratiquer « les vertus familiales » de la Sainte Famille, vertus fondées sur le don authentique de soi. Seul l'amour-don de soi peut garder nos familles unies : « Il faut que les hommes d'aujourd'hui découvrent cet amour exigeant car lui se trouve le fondement vraiment solide de la famille, un fondement qui la rend capable de tout supporter. »(Jean-Paul II, Lettre aux familles)

Si nos familles deviennent, à l'exemple de la Sainte Famille, ces lieux de don de soi dans la charité, alors elles pourront se « retrouver pour l'éternité dans la joie » de la maison du Père, dont elles ont été l'annonce et l'icône ici-bas.

Chanoine Yannick-Marie Escher