Demain, c'est dimanche

13.12.2009 / Un amour nous précède

La liberté, disait justement quelqu'un, c'est de faire ce pour quoi je suis fait. On est fait pour le bonheur, nos actes quotidiens vont le construire. Suivant ce qu'ils sont, nos agissements nous font savourer la joie d'une conscience droite, la satisfaction du devoir accompli, le bonheur d'aimer en acte et en vérité. C'est un merveilleux programme, mais qui révèle en même temps notre incapacité à le respecter entièrement, qui dévoile nos manques graves, nos péchés.

Il nous fait voir également la nécessité d'être aidé. Alors, comme les foules réunies autour de Jean le Baptiste en ce dimanche, il nous faut aiguiser notre attente d'un sauveur, de celui qui vient nous dire à chacun : « Ton coeur aurait beau te condamner, Dieu est plus grand que ton coeur. »Noël, c'est la grande nouvelle où l'homme apprend qu'il n'est plus seul, que quelqu'un le rejoint sur la route de sa vie pour lui dire au creux de l'oreille : « Je ne viens pas pour te condamner mais pour te sauver. »

Te sauver du monde où tu t'enfermes en croyant qu'il n'y a pas d'issue. Du monde où tu étouffes parce que tu mets ta confiance uniquement dans la science et les techniques humaines. Te sauver de toi-même quand tu te prends pour Dieu alors que tu es faible et vulnérable. Noël, c'est une bonne nouvelle où il nous est dit à chacun : « Tu es aimé de toute éternité. Accepte cette dépendance dans l'amour, au loin tes idées d'indépendance et de liberté absolues. »

Chne Calixte Dubosson