Demain, c'est dimanche

25.10.2009 / En mendiant…

Lors de nos voyages dans les grands lieux touristiques à l'étranger, nous sommes souvent frappés de rencontrer des mendiants tendant leur main pour quêter quelque piécette. Depuis peu, nous en voyons aussi dans nos villes de notre Suisse.

Quelle est alors notre réaction, qu'est-ce donc qui vibre en nous lorsqu'ils nous interpellent ? Il est facile de se donner bonne conscience en affirmant que ce ne sont que des profiteurs étrangers, organisés en bandes. Mais qui de nous voudrait vivre cette vie de misère ?

L'évangile de ce dimanche (Marc 10, 46-52) met en scène un aveugle bien connu : Bartimée, le fils de Timée. Cet aveugle mendie, assis au bord de la route qui monte de Jéricho à Jérusalem. Et voilà que par son attitude, lui le mendiant méprisé de tous, nous enseigne. Lorsque Jésus passe par là, il ose l'interpeller au grand scandale de tous les présents qui voulaient le faire taire.

Bartimée ose me mettre en avant, déranger la foule, pour mendier auprès du Seigneur, non pas une piécette, mais sa compassion ; il affirme publiquement sa pauvreté et sa foi en Jésus qui va le guérir et le sauver.

Quelles étaient les intentions de la foule qui suivait Jésus ? Etaient-elles vraiment pures ? Ces gens faisaient-ils vraiment acte de foi en suivant Jésus ? Ne cherchaient-ils pas maladroitement — comme nous — à être guéris et sauvés par le Fils de David ?

 

Chanoine Olivier Roduit