Demain, c'est dimanche

04.10.2009 / Mariage et sainteté

L'Evangile (Marc 10, 2-16) et la première lecture (Genèse 2, 18-24) de ce dimanche, nous invitent à réfléchir sur le sens du mariage chrétien.

Tout en étant une réalité humaine, le mariage chrétien est élevé par le Sauveur au rang de sacrement. A travers le mariage, c'est la vie divine elle-même qui se communique aux époux. Ceux qui se marient commencent ensemble une vie nouvelle en compagnie de Dieu. Le Seigneur les a appelés à aller vers Lui par ce chemin, car le mariage est, selon un auteur spirituel contemporain, « une authentique vocation surnaturelle. Un grand sacrement dans le Christ et dans l'Eglise, dit saint Paul (Eph 5, 32) (…), signe sacré qui sanctifie, action de Jésus qui envahit l'âme de ceux qui se marient et les invite à Le suivre, en transformant toute leur vie matrimoniale en un chemin divin sur la terre. »

Jean-Paul Ier raconte au sujet de la vocation au mariage une sympathique anecdote. Au XIXe siècle, le bienheureux Frédéric Ozanam, professeur à la Sorbonne, était un homme accompli et un bon catholique. Le Père Lacordaire, son ami, disait souvent de lui : « Cet homme est si bon et si formidable que s'il était ordonné prêtre, il arriverait même à être un bon évêque ! » Cependant Ozanam se maria, et Lacordaire, un peu fâché, s'exclama : « Pauvre Ozanam ! Lui aussi est tombé dans le piège ! » Ces paroles arrivèrent aux oreilles du bienheureux Pie IX qui, quelques années plus tard, il dit avec humour à Lacordaire : « J'ai toujours entendu dire que Notre Seigneur a institué sept sacrements ! Et maintenant vous arrivez, vous modifiez la donne et vous me dites qu'Il a institué six sacrements et un piège, c'est un grand sacrement ! » (cf. allocution du 13 septembre 1978).

Chanoine Yannick-Marie Escher